Des jeunes leaders en conclave à Essaouira

Le 6è forum des jeunes leaders euro-méditerranéens a entamé ses travaux, vendredi à Dar Souiri dans la Cité des Alizés, avec la participation d’une centaine de jeunes issus des différentes régions du Royaume.

Placé sous le thème « L’innovation au service de l’inclusion sociale et de la diversité », ce forum, organisé par l’Ambassade de France à Rabat et l’Institut Français (IF) du Maroc, en partenariat avec l’association Essaouira-Mogador, l’association Marocains Pluriels et la fondation Sekkat, se veut l’occasion de favoriser le dialogue entre les générations et de constituer un réseau autour de jeunes engagés dans le cadre d’initiatives citoyennes.

L’ouverture de ce conclave, dont les travaux se poursuivent jusqu’au 12 juin, s’est déroulée en présence notamment de André Azoulay, Conseiller du Roi et Président-Fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, de l’Ambassadrice de France à Rabat, Hélène Le Gall, ainsi que de plusieurs personnalités issues de divers horizons.

DR Ambassade de France au Maroc

Dans une allocution de circonstance, Hélène Le Gall a indiqué que ce Forum, devenu depuis ses débuts en 2015 « un temps fort pour l’ambassade de France au Maroc », célèbre la jeunesse marocaine, ses ambitions, ses initiatives, et surtout ses engagements, ainsi que le dialogue intergénérationnel et interculturel, et la transmission des valeurs de respect et de tolérance.

Il est l’occasion de « nous réunir pour réfléchir et faire réfléchir à de grands sujets d’actualité », a-t-elle dit, expliquant que cette année, la thématique de l’inclusion sociale « met à l’honneur la diversité » et ainsi « comment fédérer toutes les énergies pour le développement d’une société, alors que certaines populations subissent des formes d’exclusion qui freinent leur plein potentiel ».

Tout en soulignant que le Forum constitue un lieu d’inspiration, qui a vocation à nourrir la motivation des jeunes pour la suite, la diplomate française a expliqué que « nous l’avons conçu comme un espace interactif, avec des ateliers pratiques » où les jeunes pourront s’exprimer, que ce soit par le théâtre, l’art oratoire, l’écriture ou les réseaux sociaux.

DR Ambassade de France au Maroc

« L’idée même du Forum est en effet de bâtir des liens sur la durée », a-t-elle enchaîné, notant que cette édition réunit une centaine de jeunes, « dans un format plus intime, plus resserré que les années précédentes, qui a justement vocation à favoriser les contacts ».

De son côté, le président du bureau exécutif de l’Association Essaouira-Mogador, Tarik Ottmani s’est réjoui de la tenue de cette 6è édition, après deux ans d’absence en raison de la propagation de la Covid-19, et de voir ces jeunes engagés, venus des quatre coins du Royaume, se retrouver à Essaouira pour échanger sur des grands sujets d’actualité dans une ambiance de partage et de transmission.

Ce forum constitue un espace idoine, certes, pour ces jeunes de nouer des contacts et d’échanger leurs expériences, mais offre aussi l’occasion d’être à leur écoute, a déclaré Tarik Ottmani, tout en exprimant ses vifs remerciements à l’ambassade de France pour son engagement continu, à travers le financement et le soutien de cet événement depuis son lancement.

Pour sa part, le président de l’Association « Marocains pluriels », Ahmed Ghayat a indiqué, dans une déclaration similaire, que « l’idée est de réunir une centaine de jeunes des différentes régions du Royaume afin qu’ils rencontrent des experts marocains et français, écouter les deux parties, faire la part des choses et se faire son propre avis, mais surtout pour écouter cette jeunesse ».

Il a, dans ce sens, mis en relief les expériences, les initiatives et la mobilisation dont ont fait montre la jeunesse et les associations des jeunes durant toute la période de la pandémie, à travers une série d’actions de sensibilisation et de solidarité.

« La jeunesse a fait preuve d’innovation. Nous devons ainsi faire confiance à ces jeunes qui cherchent aujourd’hui à acquérir des responsabilités. Ils ne veulent pas être spectateurs et consommateurs mais acteurs« , a-t-il soutenu.

DR Ambassade de France au Maroc

Quant à Othmane Mazzine, président de l’association « MogaJeunes », qui prend part à ce forum, il a indiqué que cette manifestation offre l’opportunité aux jeunes d’échanger, de partager leurs expériences respectives et de prendre contact avec des experts pour enrichir leurs connaissances et de nouer des partenariats, voire de créer des réseaux entre les associations au sein desquelles ils sont actifs.

A l’issue de la cérémonie d’ouverture, deux table-rondes ont été organisées : la première axée sur « l’inclusion, du constat à la pratique », a été modérée par Mustapha Zahir, président du Groupe antiraciste de défense et d’accompagnement des étrangers migrants, et animée par le secrétaire général du Conseil National des Drois de l’Homme (CNDH), Mounir Bensalah, la directrice générale d’Ashoka France, Elsa Grangier (à distance) et Hajar Moujtahid, une jeune médecin et entrepreneuse sociale. Elle visait à décrire les mécanismes et facteurs d’inclusion qui freinent le développement humain et économique et d’évoquer les solutions employées jusqu’à présent notamment par les pouvoirs publics.

La deuxième table-ronde, modérée par M. Ghayat autour du thème « Retours d’expérience d’initiatives solidaires portées par des jeunes durant le Covid », a été l’occasion pour des jeunes acteurs associatifs d’Essaouira de mettre en avant les initiatives portées par des associations de la cité des Alizés (MogaJeunes, les Amis du verbe et Farah) le long de la période de la pandémie.

Le programme de cette manifestation prévoit aussi sept ateliers thématiques sur « Les médias à l’heure de la post-vérité : comment déconstruire les théories conspirationnistes ? », « Les nouveaux modes de travail fondés sur les enseignements de la crise », « Les clés pour se lancer dans l’entrepreneuriat social », « Comment s’engager sur son territoire à l’heure de la participation citoyenne ? », « L’art de la rhétorique : prendre la parole en public », « La création artistique au service d’un projet : le théâtre forum pour lutter contre les stéréotypes de genre », et « Réseaux sociaux et engagement citoyen ».

En parallèle, un exercice d’Idéathon permettra à un petit groupe de 11 jeunes volontaires de réfléchir à une thématique en lien avec l’inclusion et de restituer leurs recommandations lors de la cérémonie de clôture du forum.

Enfin, le public souiri et les visiteurs de la Cité des Alizés auront rendez-vous, samedi soir à la place Moulay El Hassan, avec un concert du groupe Jubantouja. Il s’agit du récit d’un projet musical qui a vu le jour dans les petits matins du Haut Atlas avant de briller dans les grands soirs d’autres horizons et sur les petits et grands écrans. Un nouveau souffle aux références multiculturelles fusionnant la langue, la culture et le patrimoine amazighs avec l’indie délibéré, et le rock alternatif décomplexé.

Des jeunes leaders en conclave à Essaouira Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page