Ukraine: la Russie affirme gagner du terrain à Severodonetsk

Les combats se poursuivent mardi pour le contrôle de Severodonetsk, ville-clé de l’est de l’Ukraine dont Moscou affirme avoir « libéré » les zones résidentielles.

« Les zones résidentielles de Severodonetsk ont été totalement libérées », a affirmé dans un rare briefing télévisé le ministre russe de la Défense Serguëi Choïgou, ajoutant que « la prise de contrôle de sa zone industrielle et des localités voisines se poursuit ».

« L’ennemi continue actuellement son assaut sur Severodonetsk, les combats se poursuivent », a indiqué de son côté mardi Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Lougansk, qui avait fait état la semaine dernière de poches de résistance dans les zones industrielles de cette ville connue pour son industrie chimique.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait affirmé lundi soir que les combattants ukrainiens « tenaient » leurs positions et étaient engagés dans d’intenses combats de rue à Severodonetsk. Des sources ukrainiennes ont cependant souligné lundi que les Russes avaient un avantage écrasant en termes d’équipement d’artillerie.

Severodonetsk est, avec sa ville voisine Lyssytchansk, la dernière agglomération encore sous contrôle ukrainien à Lougansk. Sa prise ouvrirait aux Russes la route de Kramatorsk, grande ville de la région de Donetsk.

Les régions de Donetsk et Lougansk forment le bassin du Donbass, partiellement sous contrôle de séparatistes prorusses depuis 2014, et dont Moscou cherche désormais à prendre le contrôle total.

Mort d’un général russe

Témoin de l’intensité des combats, le chef des séparatistes prorusses Denis Pouchiline a confirmé mardi la mort d’un général russe dans cette région, rapportée dimanche par un correspondant de guerre russe.

Dans un message publié sur Telegram, il a affirmé que le général Roman Koutouzov avait « montré par l’exemple comment servir la patrie ».

Plusieurs hauts gradés russes sont morts depuis le début de l’opération militaire russe en Ukraine le 24 février. Mais leur nombre exact est invérifiable, les autorités russes communiquant rarement sur leurs pertes.

La bataille se poursuit aussi dans le sud de l’Ukraine, où Kiev essaie de reprendre une partie du terrain occupé par les Russes dans les régions de Kherson et Zaporijjia. Les militaires ukrainiens ont affirmé avoir effectué des frappes contre des campements russes près de Kherson et des dépôts de munitions près de la ville de Mykolaïv.

Dans la région de Zaporijjia, les Russes occupent notamment la grande centrale nucléaire éponyme, qui fournissait 20% de l’électricité ukranienne. Alors que le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique Rafael Grossi a tweeté lundi que l’AIEA préparait une mission d’experts à la centrale, l’opérateur ukrainien Energoatom s’est dit mardi opposé à une telle visite tant que Kiev n’en reprendrait pas le contrôle.

Une visite sous contrôle russe viendrait à « légitimer la présence des occupants et approuver leurs actes », a estimé Energoatom sur Telegram.

Plusieurs responsables russes ont indiqué ces dernières semaines vouloir occuper ces régions du sud de l’Ukraine de façon durable. Un proche du Kremlin a évoqué un référendum sur une annexion à la Russie qui pourrait avoir lieu dès juillet.

Ukraine: la Russie affirme gagner du terrain à Severodonetsk Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page