UNESCO/Magistrats : Les juges doivent renforcer la liberté d’expression dans la région arabe

En partenariat avec le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire du Maroc, l’UNESCO a ouvert officiellement ce mardi 7 juin à Rabat de sa conférence sous le thème « Dialogue des juges. Le rôle des juges dans le renforcement de la liberté d’expression dans la région arabe » qui se poursuivra jusqu’au 9 juin 2022. 

Tenue à Rabat ce mardi, la conférence a également rassemblé un collège de magistrats en milieu de carrière, venu de plusieurs États arabes (Egypte, Irak, Jordanie, Liban, Maroc, Mauritanie, Palestine, Tunisie, Soudan et Yémen), qui ont échangé autour du rôle du système judiciaire et des juges dans les aspects de poursuite et de protection de la sécurité des journalistes.

Elle a consisté en une présentation d’experts sur les domaines des normes internationales des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, notamment la liberté d’expression, l’accès à l’information, la sécurité des journalistes, le discours de haine et la lutte contre la désinformation.

L’événement comprendra une table ronde d’échanges de bonnes pratiques sur les décisions juridiques relatives à ces libertés fondamentales ainsi que des discussions animées par des experts pour élaborer des recommandations sur les meilleures façons de procéder.

Sécurité des journalistes et impunité

Inscrite dans la priorité globale de l’UNESCO pour l’Afrique, cette conférence a été mise en œuvre dans le cadre du plan d’action des Nations unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité visant à créer un environnement libre, sûr et serein pour les journalistes et les professionnelles des médias ont fait savoir les participants.

Selon le rapport 2020 de la Directrice générale de l’UNESCO sur la sécurité des journalistes et le danger de l’impunité, 156 meurtres de journalistes et de professionnelles des médias ont été enregistrés dans le monde en 2018-2019, dont 30 dans la région des États arabes et 18 en Afrique.

Ces attaques, poursuit la même source, se produisent souvent dans des situations non conflictuelles par des groupes criminels organisés, des milices, du personnel de sécurité et parfois même la police locale. Ce même rapport, exposé à la conférence, constate, pour la même période, que 89 journalistes ont été tués dans des pays sans conflit armé, contre 67 journalistes tués dans des pays en proie à un conflit armé.

« Tant que des journalistes continueront à perdre la vie à cause de leur métier, la liberté d’expression sera en danger », conclut le Rapport de la Directrice générale de l’UNESCO sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité émanant de la 32e session du Conseil intergouvernemental du Programme international pour le développement de la communication (25 et 26 novembre 2020).

Prévenir, protéger et poursuivre

Cette rencontre soutient ainsi le plan d’actions des Nations unies visant à favoriser la liberté d’expression, l’accès du public à l’information et la sécurité des journalistes en Afrique, à travers des mécanismes s’attaquant aux « Trois P » à savoir, prévenir, protéger et poursuivre. Une initiative qui renforce le travail de l’UNESCO sur la région Arabe avec les acteurs du domaine judiciaire sur les normes internationales et régionales en matière de liberté d’expression.

L’objectif premier est de sensibiliser et d’informer ces derniers sur les normes internationales et la jurisprudence régionale en matière de liberté d’expression, d’accès à l’information, des défis numériques liés à l’Internet et de la sécurité des journalistes.

En tant qu’agence spécialisée des Nations unies mandatée pour la promotion de la liberté d’expression et son corollaire, la liberté de la presse, l’UNESCO porte ce projet de formation des juges afin de renforcer les connaissances et l’expertise des acteurs du judiciaire, font savoir ses représentants.

Les objectifs globaux de ce projet sont le renforcement de l’indépendance des systèmes judiciaires dans leurs enquêtes et poursuites, ainsi que le raffermissement de la protection des journalistes et des professionnelles des médias grâce à la consolidation des capacités des acteurs judiciaires sur les normes internationales en matière de liberté d’expression, d’accès à l’information et de sécurité des journalistes.

Dans ce sens, cette conférence thématique prévoit 3 résultats clés. Il s’agit premièrement de l’amélioration de la connaissance des normes et standards internationaux dans les domaines de la liberté d’expression, y compris ses limites, la liberté de la presse et la désinformation, puis le partage des bonnes pratiques, des expériences ainsi que des études de cas et enfin la formulation de recommandations pour consolider le réseau et la collaboration entre les systèmes judiciaires dans la région des États arabes, y compris l’incorporation des normes et instruments de l’UNESCO.

UNESCO/Magistrats : Les juges doivent renforcer la liberté d’expression dans la région arabe Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page