La France et les Emirats en « discussions » sur le pétrole

La France et les Emirats arabes unis sont en pleines « discussions » sur le pétrole pour contourner l’offre russe. Paris cherche à trouver d’autres sources d’énergie et voudrait mener des achats d’hydrocarbures groupés pour l’Union européenne.

« C’est des discussions qui sont déjà engagées avec les Émirats arabes unis », a affirmé, dimanche le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire sur Europe 1 et CNews, ajoutant que Paris cherchait « des substituts à l’approvisionnement en gaz ou en diesel venus de Russie ».

Pour Paris, l’offre des Emirats arabes unis peut s’avérer « une solution de remplacement au moins temporaire au pétrole et au diesel russes », selon le ministre. La France ne compte pas investir dans les énergies fossiles et se concentre plus sur les énergies renouvelables pour son mix énergétique futur.

Mais pour le moment, la demande en pétrole et en gaz étrangers, en dehors de celui provenant de Russie, est croissante et pesante pour les pays de l’Union européenne qui viennent d’imposer de nouvelles sanctions contre la Russie. Pour le gaz, il s’agit d’acheter au Qatar et aux Etats-Unis.

Vendredi, l’Union européenne a imposé son 6e paquet de sanctions contre la Russie, avec un embargo sur les énergies russes qui ciblera les deux tiers des achats européens. L’Allemagne et la Pologne ayant décidé de leur propre chef d’arrêter leurs livraisons via l’oléoduc Droujba d’ici la fin de l’année, les importations russes seront touchées à plus de 90%, selon les Européens.

Face à cette nouvelle conjoncture, et la guerre entre la Russie et l’Ukraine qui ne semble pas se terminer d’ici la fin de l’année, la France va réviser ses perspectives de croissance pour l’année courante.

Le gouvernement français va réviser sa prévision de croissance, qui est actuellement de 4%, a ajouté le ministre de l’Économie, estimant qu’ »il est évident qu’avec la guerre en Ukraine, l’inflation, tout cela va remettre en cause les perspectives ».

Les répercussions de la guerre en Europe de l’est et les sanctions internationales qui visent la Russie ont impacté les prix de plusieurs produits dans le monde entier et ce sont surtout les pays à faible revenus et dépendant des importations qui souffrent le plus.

La France et les Emirats en « discussions » sur le pétrole Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page