Publication de la version arabe de « Jésus, une grande figure biblique du coran » de Rachid Lazrak

Après la sortie de son premier opus en langue française en 2019, Rachid Lazrak revient en 2022 avec la version arabe de « Jésus, une grande figure biblique du Coran ».

Présentes lors de la 27e édition du Salon International de l’Édition et du Livre à Rabat, les deux versions reviennent sur la figue fascinantes et intrigante de Jésus.

Rien concernant Jésus ne semble relever de l’ordinaire : les conditions de sa naissance, de sa vie et de sa mort. Son identité reste un mystère pour de nombreux historiens. Ceci, au moment où le Coran, livre sacré de l’Islam, en fait un être exceptionnel. Il y est cité 35 fois, 27 fois par son nom et huit fois comme le Messie.

Quant à sa mère Marie, elle est citée plus souvent dans le Coran que dans l’ensemble du Nouveau Testament, soit 34 fois contre seulement 19 fois dans les Évangiles et les Actes des Apôtres. Jésus est qualifié par le Coran de Souffle de Dieu, d’Esprit de Dieu, de Sa Parole.

Il le cite au nombre des plus proches et des intimes de Dieu. Par ailleurs, à part sa crucifixion et la question de sa divinité, le Coran conforte les chrétiens dans la plupart de leurs croyances concernant Jésus, affirmant que c’est un prophète, un messager de Dieu et c’est le Messie attendu par le peuple d’Israël. Il confirme sa naissance miraculeuse, les miracles qu’il a accomplis et son ascension.

Ce sont ces réflexions que l’on trouve dans ce livre qui traite de l’histoire et du statut exceptionnels de Jésus et de la place de choix qui lui est réservée dans le Coran, en tant que grande figure biblique.

Pour Rachid Lazrak, grand passionné de l’histoire des religions, « le but principal de ce livre est de faire connaître, en ces temps agités où subsistent de nombreuses incompréhensions entre l’islam et le monde occidental, la place qu’occupent Jésus et sa mère dans le Coran et la vénération partagée par les chrétiens et les musulmans pour un homme exceptionnel qu’est Jésus, fils de Marie ».

Ces mots de l’auteur peuvent à eux seuls résumer sa conviction profonde dans la création de ponts entre les religions chrétienne et musulmane. Des ponts qui ne sont ni récents ni fragiles mais, bien au contraire, ancrés dans l’Histoire et dans la transmission du message religieux.

Ali Benmakhlouf, professeur de philosophie l’université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, à Sciences Po Paris et à l’université libre de Bruxelles, qui a préfacé l’ouvrage, en souligne l’importance : « Le livre de Rachid Lazrak a de nombreux mérites. D’abord, on a là une langue claire et précise comme savent la pratiquer les juristes dont l’auteur est un éminent représentant : chaque mot est utilisé selon son poids et sa mesure, parfois aussi selon l’atmosphère qu’il charrie. Ensuite, je dirai que ce livre ne se contente pas de faire connaître la place de Jésus dans le Coran, il vise aussi à examiner les énigmes de la figure de Jésus, qui n’est pas une simple personne, qu’on dit être un homme devenu Dieu, dans la tradition chrétienne ».

« Parmi ces énigmes : celle d’être la référence ultime d’une religion qui se réclame de lui mais qu’il n’a pas fondée… Ce que M. Lazrak fait très sérieusement, c’est ouvrir les textes des historiens, des évangélistes, des doxographes, appartenant aux trois monothéismes, mais aussi des historiens qui n’affichent pas leur foi mais leur savoir des faits religieux, pour éclairer ces questions à défaut d’y répondre, ouvrir des perspectives différentes sur Jésus qui n’a rien écrit », ajoute-t-il.

A noter que Rachid Lazrak, Docteur d’État en droit public et diplômé de l’Institut d’Études politiques de Paris, sera samedi 11 juin au SIEL pour la signature de ses livres.

Publication de la version arabe de « Jésus, une grande figure biblique du coran » de Rachid Lazrak Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page