Voilà pourquoi le pass vaccinal doit être supprimé

Omicron dompté, c’est l’insolence de Dame Covid qui s’en ressent. La saga de cette pandémie qui aura marqué l’humanité entre petit-à-petit dans son contexte historique au fur et à mesure que les variants se font de plus en plus timides. Infections associées aux vaccins ont offert une réponse immunitaire robuste contre les formes graves et la circulation du virus, n’en devient que moins fluide. Certes la vigilance reste le mot clé mais force est de constater que le Marocain a tombé le masque et que le pass vaccinal ne sert plus à rien.

Le pass vaccinal un moyen pédagogique pour inciter à la vaccination

Initialement créé pour inciter la population au vaccin “forcé“, n’en déplaise aux Antivax, le pass vaccinal a eu ses heures de gloire en France, en Espagne, en Grande-Bretagne… mais l’effet escompté n’aura pas fait tache d’huile partout. Du coup, le pass vaccinal, ce dispositif mal né, entré en application à contretemps et à contre-courant et dont on attend l’enterrement tel le plus assidu des croquemorts, en est devenu caduc.

Pourtant, dans le plus beau pays du monde, il résiste et persiste à pomper l’air à plus d’un, bien qu’arrivé à retardement. D’aucuns le pensent vraiment, il en est à ses derniers soubresauts. Aussi, on est en droit de s’interroger ce à quoi le passe vaccinal ce digne héritier du passe sanitaire, un relique des temps nouveaux peut-il encore être utile de nos jours, sinon à empêcher quelques accès où la présence des empêcheurs de tourner en rond n’est pas désirable, Parlement, tribunal …

Le pass vaccinal est devenu qu’on le veuille ou pas, telle la fameuse patate chaude, un objet encombrant pour les Exécutifs sanitaire et autre. Son utilité est obsolète et n’est plus d’actualité à l’heure de la décrue des contaminations.

Aussi nombre de citoyens y voient l’opportunité de le lever. Mais, encore faut-il avoir l’aval des blouses blanches qui dans leur immense majorité, appellent à la vigilance et optent encore pour le maintien du dispositif sanitaire en général. D’où la position délicate de l’Etat, sous le coup de la vindicte de ceux qui estiment que le pass est le symbole d’« une atteinte forte aux libertés des personnes ».

De cette impasse le Dr Tayeb Hamdi, médecin spécialiste et chercheur en politiques et systèmes de santé, de sa bienveillance légendaire et à bâtons rompus, tentera de nous en sortir, sollicité en cela par Hespress FR.

Le non-sens du pass vaccinal

« Le pass vaccinal n’apporte pas vraiment grand-chose à la situation épidémique. Ceci dit, les personnes fragiles les plus de soixante ans qui ne sont pas vaccinés courent plus de risques. Mais vu que la circulation du virus est faible, vu que dans le système de Santé, l’occupation de la réanimation est à -0,2% donc il n’en incombe qu’aux personnes vulnérables et non vaccinées d’assumer leurs responsabilités. Cette catégorie de gens n’a pas à faire porter son fardeau sur l’ensemble de la population dont on exigera le pass vaccinal », indique-t-il.

Bref, pour Dr Tayeb Hamdi, le raisonnement est simple, et il consiste pour ce pan de la société marocaine qui est une population à risques, à se faire vacciner. Cela dit pour la population marocaine nous dira-t-il encore «le risque pour la Santé publique aujourd’hui est très minime. On n’imagine pas de voir la réanimation être pleine demain parce que l’on n’a pas exigé le pass vaccinal ».

Le Royaume en octobre dernier, poursuit le chercheur en politiques et systèmes de santé, « a instauré le pass vaccinal, la généralisation de la troisième dose aux 18 ans et plus et l’exigence de la troisième dose pour la validité du pass vaccinal, ce qui n’était pas le cas partout dans le monde et la démarche de la présentation du pass vaccinal dans  les lieux du travail ».

Ce tout en un, a suscité un effet boomerang poursuivra-t-il et d’expliquer: « La combinaison des quatre en un seul coup a été un problème, on aurait dû instaurer le pass vaccinal d’une manière progressive. On souhaitait booster la vaccination mais on l’a malheureusement freinée d’où cet effet boomerang. Mais il y a eu également d’autres facteurs qui ont contribué à cette situation comme les fake-news ou plutôt le déluge de fake-news qui sont allés avec. En effet, les Antivax acculés, pour ainsi dire dans leur coin se sont rebiffés ainsi, d’où ce frein à la vaccination ».

Tomber les masques, les 2/3 de la population marocaine vaccinés

Pour ce qui est des masques que de moins en moins de citoyens portent, Dr Tayeb trouve cela dans la normalité de l’évolution de la situation « Ne plus porter le masque c’est tant mieux surtout dans les espaces ouverts. Dans la réalité des faits ce sont une quarantaine à une cinquantaine de cas enregistrés par jour au Maroc, un décès tous les deux trois jours et un taux de positivité de moins 1%. Il n’y a pas matière à confinement, le Maroc s’est bien ouvert à la normalité (retour des rassemblements mosquées terrains… pas de masques ni de distanciation dans les endroits publics etc.). Cela veut dire que nous sommes dans une période où le virus circule beaucoup moins grâce à beaucoup de choses, à la vaccination notamment, les deux tiers de la population ont été inoculés ».

Dr Hamdi ajoute pour étayer ses dires « il y aussi ce fait que les gens sont largement contaminés par le virus, l’OMS a déclaré que 65% de la population mondiale est contaminée -en Afrique il faut multiplier par 97 les estimations-, c’est donc une immunité par l’infection et au Maroc nous avons cette chance d’avoir une autre immunité celle des 2/3 de vaccinés ce qui fait que la circulation du virus est très faible. Par ailleurs la saison s’y prête également les gens vivent plus à l’extérieur et quand ils sont à l’intérieur ils aèrent. Or, les contaminations se font dans les espaces clos. Aussi quand les personnes à risques qui ont des maladies chroniques et non vaccinées doivent s’y rendre elles doivent prendre leur précaution (port du masque et gestes barrières) ».

Enfin pour Dr Tayeb Hamdi, l’obligation légale du port du masque et du pass vaccinal n’ont plus de raison d’être, la légalité se doit d’être remplacée par des recommandations spécifiques car elles gardent toujours leur utilité , du moins pour le masque et il revient toujours aux plus vulnérables d’assumer leurs responsabilités.

Voilà pourquoi le pass vaccinal doit être supprimé Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page