Les pays du sud de la Méditerranée confrontés à l’enjeu de la protection des données personnelles

Les pays du sud de la Méditerranée doivent prendre conscience de « l’impératif » lié à la protection des données personnelles. Ces principes ne sont pas suffisamment appliqués alors que des cas de vols d’identités, de pertes ou de vols de données personnelles sont recensés tous les jours.

A l’occasion d’une journée consacrée à la protection des données personnelles, plusieurs experts en cybersécurité et des représentants d’instances et de la société civile de différents pays du sud de la Méditerranée se sont réunis à Tunis pour discuter des enjeux de ce sujet et partager leurs expériences.

Le Maroc a pris part à cette conférence régionale aux côtés de l’Égypte, de la Jordanie, du Liban, de l’Algérie et de la Tunisie pays hôte.

Le royaume a été représenté par Omar Seghrouchni, président de la Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP), instituée par la loi 09-08, qui a exposé son expertise sur la question de l’identification numérique et biométrique, procédés utilisés notamment dans les cartes d’identité et passeports nationaux, notamment sur leurs avantages et les risques.

Les pays invités avec leurs délégations ont discuté des moyens d’activer des mécanismes régionaux, une réflexion commune pour lutter contre ce fléau rendu possible grâce à internet. A ce jour 151 pays se sont dotés des législations et des structures pour faire face aux dangers que représente une faible protection des données personnelles.

En effet, la protection des données, au cœur des problématiques contemporaines, est menacée par « l’évolution sans précédent des technologies et plus particulièrement celles de l’information apporte, outre des progrès incontestables, de nouveaux risques pour la confidentialité des informations », indique un communiqué du Conseil de l’Europe qui organise cet événement aux côtés de l’Instance nationale de protection des données de Tunisie (INPDP), de l’Union européenne et la Ligue des États arabes.

« Un constat s’impose : Les principes de la protection des données personnelles ne sont pas suffisamment appliqués. Partout dans le monde, on recense des exemples de fuites, de pertes et de vols de données, et les pays de la région du sud de la Méditerranée ne sont hélas pas épargnés », ajoute le document.

Cette situation nécessite des actions concrètes à travers des législations, des institutions indépendantes et des experts, ainsi que de la collaboration internationale, « d’où l’importance d’un dialogue et d’une réflexion commune, amorce d’une éventuelle collaboration à venir ».

Cette rencontre à Tunis réunit une centaine de représentants et experts de renom autour de quatre thématiques : les normes internationales de protection de données, la cybercriminalité, l’identité numérique et les flux transfrontaliers.

La rencontre permettra outre la création de liens et l’opportunité d’échange inédite entre les pays de la région, de sensibiliser les pays présents à la nécessité d’une solide protection de données personnelles pour le bénéfice des personnes et de leur économie.

Les pays du sud de la Méditerranée confrontés à l’enjeu de la protection des données personnelles Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page