Cannabis : La légalisation peut faire du Maroc un leader en recherche médicale

Au Maroc, le décret n°2.22.159 pour l’application de la loi n°13.21 relative à l’usage licite du cannabis a été publié au Bulletin officiel le 4 avril dernier. Une opportunité pour le Royaume et les agriculteurs longtemps dénigrés qui pourraient bénéficier de manière légale de cette plante qui a des bienfaits aussi bien thérapeutiques que cosmétiques. Reste la délivrance des licences nécessaires pour l’utilisation légitime de cette substance. 

C’est une avancée sans précédent que vient de réaliser le Maroc au grand bonheur des agriculteurs et des industriels pharmaceutiques grâce au nombreux avantages économiques que représente la légalisation de l’usage licite du cannabis. Le taux de croissance annuelle du marché médical mondial est de 30%, et la demande du marché mondial du cannabis médical « ne cesse de croître« .

Le cadre juridique étant mis en place, la loi n°13.21, spécifie les modalités de remise des licences liées aux utilisations légitimes de cette substance, les méthodes de récolte et de destruction des impuretés, l’approbation des semences et des plantes, la déclaration des dommages et autres et le processus des remises des licences. Des arrêtés des ministères de l’Intérieur, de la Santé et de l’Agriculture viennent également préciser les modalités de délivrance des licences pour la pratique des activités liées au cannabis.

Maintenant, « comment réussir dans le Cannabis médical au Maroc« . C’est la question à laquelle a tenté de répondre Pr Redouane Rabii, président de l’Association marocaine consultative d’utilisation du cannabis (AMCUC), dans le cadre du 1er Congrès national de l’innovation thérapeutique.

Dans son intervention, le président de l’AMCUC, a affirmé que la légalisation du cannabis thérapeutique au Maroc offre une belle opportunité pour s’ériger en pays leader en matière de recherche sur le cannabis médical, mettant ainsi l’accent sur l’importance de bâtir un environnement propice pour la recherche en cannabis médical en harmonie avec les standards internationaux et la vision des autorités marocaines.

Le marché mondial du cannabis médical représente environ 60% du marché mondial légalisé, a indiqué Redouane Rabii. Un indice qui permet au Maroc de pénétrer facilement les marchés internationaux grâce à ses multiples atouts, notamment les conditions naturelles et climatiques favorables, la proximité des marchés émergents européens et africains, et l’abondance de capacités logistiques.

Raison pour laquelle Pr. Rabii a mis en avant l’importance d’identifier des activités génératrices de revenus alternatifs pour mettre fin au statut illégal des agriculteurs afin de rejoindre l’effort pharmaceutique médical du cannabis et de promouvoir les diplômes universitaires en matière de Cannabis médical, les programmes de formation, les essais cliniques et les études.

Conscient des bienfaits thérapeutiques de cette plante, Pr. Rabii a affirmé que le cannabis médical peut traiter nombre de maladies incurables actuellement. Il a en ce sens cité un nombre de pathologies connues pour leur sensibilité au cannabis telles l’Alzheimer, la sclérose latérale amyotrophique, le cancer, la douleur chronique, le glaucome, l’inflammation, la migraine et la dégénération du système nerveux.

Cela dit, le spécialiste a insisté sur l’importance de la standarisation des produits du Cannabis médical, précisant que les produits du cannabis approuvé pour usage médical doivent répondre aux normes d’industrie pharmaceutique très développés et doivent être marqués « IMC- Medical Grade« .

Le Maroc pourrait tirer profit des modèles américain et israélien « très réussis en la matière« , a-t-il précisé.

Cannabis : La légalisation peut faire du Maroc un leader en recherche médicale Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page