Monkeypox: Voici le nombre de cas sous surveillance et cas suspects

Après l’enregistrement jeudi du premier cas de variole du singe (Monkeypox) au Maroc par le ministère de la Santé, plus d’une douzaine de cas contact et cas suspects sont suivis. La tâche est complexe étant donné que la période d’incubation de cette zoonose est longue. 

A ce jour, un seul cas positif au Monkeypox, ou variole du singe, a été enregistré au Maroc, mais de nouveau cas devraient suivre dans les jours suivants.

La première cause revient à l’importation de cas qui pourraient traverser le dispositif sanitaire national déployé au niveau des points d’entrée au Maroc, mais surtout à cause de la période d’incubation du virus qui peut durer jusqu’à 21 jours avant que les premiers symptômes apparaissent (normalement l’incubation dure entre 6 et 13 jours, ndlr), ce qui fait que sur toute cette période une personne infectée est contagieuse sans qu’elle ne le sache.

Et c’est justement pendant cette période d’incubation que les cas positifs peuvent être importés ou infecter d’autres personnes. Pour Mouad Mrabet, le coordinateur du Centre national des opérations publiques d’urgence au ministère, l’apparition de cas positifs au Monkeypox au Maroc était donc prévisible, elle n’était « qu’une question de temps ».

Le responsable a révélé que depuis le lancement de l’alerte sanitaire mondiale, 7 cas étaient suspectés d’être positifs à la variole du singe. Mais les résultats des analyses de laboratoire se sont révélées négatives. Avant cette annonce, 3 cas suspects ont été annoncés par le ministère de la Santé.

Mouad Mrabet a également annoncé l’existence de 13 cas contact de la première personne positive à l’heure actuelle. Le premier cas positif au Monkeypox était en provenance d’un pays européen, son identité ni sa nationalité n’ont pas été révélées.

Trois niveaux ont été adressés pour ces cas contacts qui « ne présentent aucun symptôme pouvant suggérer la variole du singe », a indiqué le responsable, ajoutant qu’ils sont actuellement soumis à une « quarantaine à domicile » dont la durée n’a pas été annoncée.

Monkeypox: Voici le nombre de cas sous surveillance et cas suspects Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page