L’Exécutif d’Akhannouch s’apprête à accueillir des secrétaires d’Etat

Huit mois après l’installation du gouvernement d’Aziz Akhannouch force est de constater, qu’aucun secrétaire d’Etat n’a été encore nommé. A cet égard, une source gouvernementale a révélé à Hespress que malgré toute la bonne volonté de l’exécutif à mener à bien sa mission dont il a été investi par le Souverain, il a été noté quelques inaccomplissements ou défections voire même un manque de cohésion dans certains secteurs.

Aussi l’idée de renforcer l’équipe gouvernementale par des secrétaires d’Etat n’en est devenu que de plus en plus d’actualité. Notre source bien informée ne citant en cela, que l’exemple du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports qui s’est avéré avoir besoin dans l’imminence d’un secrétaire d’Etat chargé des sports.

Notre interlocuteur a en outre indiqué que les nominations qui viendront renforcer du gouvernement ne sont qu’une question de temps conformément à la Volonté Royale qui indiquait en octobre dernier que les secrétaires d’Etat seraient nommés dans certains secteurs ministériels.

Selon cette même source, la nécessité de cette mise en place s’est révélée nécessaire par la force des choses et elle va permettre d’assurer la fluidité du travail et d’alléger la charge de certains ministres. Les Secrétaires d’Etat seront nommés par le Roi Mohammed VI sur proposition du Chef de gouvernement.

Un secrétaire d’Etat est par définition, un membre du gouvernement au dernier échelon de la hiérarchie ministérielle. Les secrétaires d’Etat sont souvent placés sous la tutelle d’un ministre ou parfois du Chef du gouvernement et sont en principe chargés d’un secteur d’activité particulier et ne participent pas avec le gouvernement aux réunions du Conseil des ministres pour discuter et adopter certains des actes principaux du pouvoir exécutif, comme le dépôt des projets de loi du gouvernement ou la nomination de hauts fonctionnaires.

Le gouvernement de Saad Eddine Otmani, jugé à l’époque pléthorique lors de sa première mouture car obéissant à une logique exclusivement politique, dans la mesure où il a fallu satisfaire aux desideratas des différents partis formant la coalition, avait connu quelques achoppements dues à l’échec d’un certain nombre de ministres à déléguer certains pouvoirs au secrétaire d’Etat.

Une situation qui a perduré jusqu’en octobre 2019 lorsqu’il a fallu remanier cet exécutif. Le gouvernement sautait on va dire pour un nouveau qui lui se caractérisait d’une réduction de ses membres ainsi qu’une suppression des secrétariats d’Etat. L’Exécutif actuel que préside Aziz Akhannouch et dont les membres ont été nommés par le Roi Mohammed VI le 7 octobre dernier, est composé de 25 ministres dont 7 femmes.

L’Exécutif d’Akhannouch s’apprête à accueillir des secrétaires d’Etat Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page