Accès au Maroc : Test PCR et pass vaccinal toujours aussi problématiques, avis du CS 

Au Maroc, la situation épidémiologique est en nette amélioration depuis plusieurs mois déjà. Classé en vert par la France, le Royaume enregistre en moyenne moins de 100 cas par jour sans aucun décès, tandis que les cas admis en réanimation marquent une tendance baissière. Et pourtant, les conditions d’accès au pays restent draconiennes en comparaison avec d’autres destinations, et posent donc problème pour les touristes souhaitant visiter le pays ou encore les MRE désireux rejoindre la patrie. 

En outre, le Maroc se prépare pour relancer son activité touristique après deux ans d’agonie du secteur, mais les conditions d’accès au Royaume restent problématiques aussi bien pour les touristes que pour les opérateurs touristiques.

En effet, pour accéder au Maroc par voie aérienne, un test PCR négatif de moins de 48H et un pass vaccinal sont exigés avant l’embarquement pour les personnes âgées de 18 ans et plus, et un test PCR pour les enfants de plus de 6 ans. Alors que par voie maritime, seul l’un des deux documents est exigé, soit le test soit le pass.

Une « condition illogique » que les professionnels du tourisme ne saisissent pas et dont ils réclament la suppression, tandis que les touristes et les MRE, n’y voient aucune logique, surtout lorsqu’ils constatent qu’un retour à la normale a progressivement été opéré avec la levée de plusieurs mesures restrictives, notamment le couvre-feu, la réouverture des restaurants et des boîtes de nuit, l’organisation des rassemblements, ainsi que les déplacements inter-villes.

Au vu de la stabilisation de la situation épidémiologique dans notre pays en plus des nombreuses critiques qui ont accompagné l’instauration de ces conditions d’accès, le comité scientifique et technique anti-covid a communiqué ses recommandations pour adapter les conditions d’accès par voie aérienne au Royaume à celles adoptées pour la voie maritime, à savoir, soit un test PCR négatif de moins de 48h soit le pass vaccinal, nous indique une source au sein du comité.

Sollicité par Hespress Fr, Dr. Moulay Said Afif, membre du comité de vaccination anti-covid, a précisé que sur le plan scientifique, il n’y a pas de différence entre l’entrée au Maroc par voie maritime ou par voie aérienne.

« Il est temps de mettre en place les mêmes conditions d’accès au Royaume par voie maritime et par voie aérienne. Aujourd’hui, nous avons un taux de positivité des tests PCR qui est autour de 1%. Avant, sur 100 tests PCR, on avait 25 positifs. Aujourd’hui, sur 100 tests, seulement 1 est positif. Puis, le taux d’occupation des lits de réanimation était de 15% pendant la vague Omicron et 50% pendant la vague Delta. Aujourd’hui, il est de l’ordre de 0,3%. Le nombre de guérisons représente plus de 98% tandis que le taux de létalité est stable à 1,4%« , avance Dr. Afif.

Ce membre du Comité de vaccination anti-covid rappelle également l’ouverture des stades au public qui s’est bien passée, ou encore la période du Ramadan marquée cette année par l’ouverture des mosquées pour la prière des « Tarawih« . Des allègements de mesures qui n’ont eu aucun impact sur la situation épidémiologique, se félicite-t-il.

Tout cela plaide pour l’allègement des conditions d’accès au Royaume, fait valoir Dr. Said Afif, notant que « si la situation se complique ou s’aggrave, on peut toujours prendre les mesures nécessaires grâce à l’expérience accumulée au cours de ces deux dernières années covid« .

« Aujourd’hui, l’allègement des conditions d’accès au Maroc s’impose pour favoriser le retour des MRE et du tourisme aussi qui a pris un grand coup au coups de la pandémie », conclut le spécialiste.

Accès au Maroc : Test PCR et pass vaccinal toujours aussi problématiques, avis du CS  Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page