Des systèmes de santé résilients pour une sécurité sanitaire optimale

Pour le médecin, chercheur en politiques et systèmes de santé et vice-président de la Fédération Nationale de la Santé, Tayeb Hamdi, la sécurité sanitaire nécessite de construire des systèmes de santé résilients capables de résister et de s’adapter à différentes circonstances.

« Pour ce faire, il faut se préparer à tous les scénarios possibles et préparer la population à faire face à n’importe quel problème de santé » a indiqué l’expert de la santé, dans son intervention lors du colloque « Sécurité Sanitaire au Maroc, Enjeux après la Pandémie Covid-19 », qui a été organisé conjointement, dernièrement à la Chambre des Conseillers par le Groupe de Travail Thématique Temporaire sur la Sécurité Sanitaire et la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales – Souissi. On y aborde la question de la sécurité sanitaire sous différents angles, entre crises internationales et exigences de réforme, le droit à la santé au Maroc et la problématique du financement de la santé.

Pour le Dr Tayeb Hamdi, la santé de tous les peuples est une condition fondamentale de la paix du monde et de la sécurité. Aussi en appelle-t-il à la coopération à l’international afin que tous les pays aient la capacité de contrôler toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement de la santé. En effet, le vice-président de la Fédération Nationale de la Santé a précisé que la réglementation sanitaire mondiale stipule pour que les pays, puissent parvenir à la coopération, il est impératif de fournir des informations en cas d’apparition de maladies à l’intérieur de leurs frontières.

Il note au passage que ce sont les grandes Nations qui en profitent pour prendre toutes les précautions nécessaires, alors que « les pays dits faibles » ne bénéficient pas de cette réglementation comme ce fut le cas pour ce qui est des vaccins et de matériel pour la détection précoce. Il a appelé à une révision de cette réglementation pour une solidarité mondiale face aux maladies émergentes.

Cela étant, le chercheur définit ainsi la sécurité sanitaire « c’est l’ensemble des décisions, programmes et actions visant à protéger la population contre tous les dangers et les risques pour la santé considérés comme échappant au contrôle des individus et relevant donc de la responsabilité des pouvoirs publics ». Il a également souligné « l’impossibilité d’atteindre une souveraineté sanitaire à 100 % » et a appelé les professionnels de la santé, les politiciens les législateurs et les autorités à travailler main dans la afin d’atteindre un niveau maximal de sécurité et de souveraineté sanitaire.

L’impossibilité est d’autant évidente en ce qui concerne le vaccin Covid-19, « qui comprend cent composants directs et cinq cents composants en général, tous inclus dans la chaîne de production du vaccin, ce qui n’est pas évident pour un pays d’en disposer intégralement ». Mais pas que pour le chercheur en politiques et systèmes de santé, « la mondialisation des échanges, le changement climatique, les technologies modernes et l’urbanisation et autres facteurs contribuent également à l’émergence et à la propagation de nouveaux risques et épidémies ». A cet égard, Tayeb Hamdi a exhorté au renforcement des capacités de production et à l’utilisation de moyens d’intervention pharmacologiques et non pharmacologiques (mesures barrières), soulignant l’importance de la sensibilisation de la communauté et la manière de traiter et de confronter catastrophes et épidémies.

Par ailleurs, il a expliqué aux députés qu’il y a une pandémie qui apparaît tous les trois ans, dans une période de trente ans, et notera cependant qu’elles n’auront pas toutes, l’impact des virus virulents, à l’instar d’Ebola ou de Zika. Le vice-président de la Fédération nationale de la santé a indiqué que la sécurité sanitaire fait partie de la sécurité stratégique, notant que « l’insécurité sanitaire en elle-même est une menace existentielle et peut faire émerger des problèmes sociaux ou économiques ». Tayeb Hamdi a conclu en soulignant l’importance de la législation en ce qui concerne les étapes qui garantissent la sécurité sanitaire, et a énuméré le suivi, l’identification et l’évaluation des problèmes, la prise de décisions et l’évaluation des interventions.

Des systèmes de santé résilients pour une sécurité sanitaire optimale Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page