Les universités ukrainiennes se préparent à expulser les étudiants marocains, les familles haussent la voix

Les étudiants revenant d’Ukraine, accompagnés de leurs parents, se préparent à prendre des mesures  pour exiger une solution à leur situation, menacé par une expulsion de la part des universités du pays européen.

L’anxiété des étudiants et de leurs parents a doublé après avoir reçu des données indiquant l’intention d’un certain nombre d’universités ukrainiennes de les expulser.

Contactés par Hespress, certains parent estiment que cette décision pourrait être lié au non-paiement des frais en raison de le faible rôle des intermédiaires et d’autres raisons pour lesquelles ils n’ont pas encore obtenu leurs coordonnées, ce qui les place dans une situation plus tendue.

Abdellah Touil, le père de l’un des étudiants de retour, a révélé que les parents et les étudiants organiseront une manifestation au cours de la semaine prochaine pour demander au gouvernement de régler leur situation, et déposeront également une lettre au bureau du ministre de Affaires Etrangères, Coopération Africaine et Marocains Résidant à l’Etranger, ainsi que le bureau de l’Ambassade d’Ukraine à Rabat.

La décision de ces universités intervient à un moment où la loi n° 2126, qui a été votée à l’unanimité en première lecture de la Chambre des représentants de l’Ukraine (Zada) par les députés du peuple le 15 mars 2022, stipule au paragraphe 57-1 concernant le secteur de l’éducation, une interdiction totale du renvoi des étudiants des établissements d’enseignement et le licenciement ou le licenciement des enseignants et des employés du secteur de l’éducation en cas de guerre ou d’urgence.

En revanche, les étudiants, dans une déclaration adressée au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, ont exprimé leur mécontentement et leur refus catégorique de passer ce qu’ils ont qualifié d’examen final, soulignant que « le traitement de ce dossier doit être réalisé conformément aux procédures et mesures exceptionnelles prévues par la constitution marocaine et les normes internationales »..

Les étudiants ont interrogé le ministre Abdellatif Miraoui sur le sort de leurs collègues qui seront expulsés après avoir réussi les examens nationaux et les examens pour les pays d’accueil, soulignant que le Maroc a cruellement besoin de ces jeunes cadres, selon ce qu’ont déclaré des responsables marocains à plusieurs reprises. reprises.

Les parents d’élèves, dans une lettre adressée au ministre Miraoui, ont exprimé leur regret de ne pas avoir reçu de réponse à aucune de leurs correspondances répétées, expliquant que « le ministre est sorti avec des décisions et des procédures qui nous ont déçus et ont contrecarré nos espoirs concernant le l’intégration de nos étudiants dans leur pays, mais le ministre a continué après ses réponses au comité scientifique au siège du Parlement le 05. 05/2022 »

Selon eux, il s’agit « d’un ensemble de décisions injustes envers les étudiants qui sont retournés au pays dans des conditions psychologiques faibles ».

La lettre, dont Hespress a reçu une copie, ajoutait : « Au lieu que le ministre soutienne les étudiants, défende leurs droits et active des plans pour préparer le terrain par des consultations et des contacts avec les personnes concernées, il a continué sa singularité en prenant des décisions injustes et en fuyant vers l’avant, et incitant les étudiants et leurs parents à se convaincre que le ministère et le gouvernement dans son ensemble avaient renoncé aux promesses qu’il avait annoncées au retour de la guerre ».

Les universités ukrainiennes se préparent à expulser les étudiants marocains, les familles haussent la voix Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page