Des professionnels se plaignent du refus de subventions publiques pour les taxis

Les professionnels du secteur des taxis font toujours face à des obstacles qui les empêchent de bénéficier du soutien public exceptionnel alloué par le gouvernement pour faire face à la hausse des prix du carburant.

Le gouvernement a lancé la deuxième phase d’accompagnement des professionnels du secteur des taxis, mais les demandes d’avantages introduites par un certain nombre d’entre eux via la plateforme numérique mise à jour à cet effet ont été rejetées, sans justification.

La demande de prestation est introduite via une plateforme électronique dans laquelle le bénéficiaire saisit ses informations, mais un certain nombre de demandes sont rejetées, ce qui a poussé les professionnels à exiger du gouvernement qu’il fournisse un numéro vert pour s’enquérir des raisons et déposer des réclamations pour régler leur situation.

Hassan Doukkali, rédacteur régional du Syndicat des taxis de Salé, affilié à la Fédération générale des travailleurs marocains, a déclaré que les professionnels qui sont privés d’accompagnement lorsqu’ils se rendent dans les centres d’immatriculation des véhicules du ministère des transports, « que ces centres ne sont pas concernés par la question, et il en va de même pour les travailleurs ».

« Nous voulons connaître la raison de priver ces professionnels de prise en charge, et nous avons besoin d’un organisme officiel pour communiquer avec eux, ou au moins mettre un numéro vert pour connaître la source du défaut », a-t-il déclaré à Hespress, soulignant « que les professionnels dont les demandes sont rejetées disposent de tous les documents qui confirment leur droit à prestation ».

Le gouvernement a lancé le 23 mars la première phase de soutien exceptionnel aux professionnels du transport routier, et lancé la seconde phase le 9 mai, d’une valeur de 2 200 dirhams pour les taxis de première classe (grands taxis), et 1 600 pour la seconde catégorie.

Le gouvernement s’est efforcé de lever un certain nombre d’obstacles qui empêchaient un groupe de professionnels de bénéficier dans la première étape, notamment les chauffeurs professionnels qui louaient des licences pour utiliser des taxis à des personnes décédées, et qui étaient privés de bénéficier de subventions parce que la carte grise de la voiture est au nom de la personne décédée.

Selon Hassan Doukkali, le gouvernement a traité ce problème, qui touchait environ 30% des professionnels, en acceptant les demandes des professionnels concernés, malgré le fait que les cartes grises des voitures qu’ils utilisent ne portaient pas leurs noms.

Doukkali a ajouté que « lorsque le gouvernement a pris conscience de l’existence de ce problème, il est intervenu et a simplifié les procédures pour bénéficier de la subvention, afin d’éviter que les professionnels concernés n’augmentent le tarif de transport au détriment des citoyens », appelant à d’intervenir afin de résoudre le problème du rejet des demandes pour bénéficier de l’assistance apportée par un certain nombre de professionnels disponibles.

Des professionnels se plaignent du refus de subventions publiques pour les taxis Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page