Une hausse conséquente des prix à Marrakech irrite les touristes marocains

De nombreux citoyens ont dénoncé l’énorme hausse des prix dans la ville touristique de Marrakech, et certains ont profité de l’affluence des touristes étrangers dans la ville pour engranger des profits de manière « désabusée ».

Certains chauffeurs de taxi travaillent d’humeur sans allumer le compteur, car ils peuvent demander au client de payer trois fois le prix initial, et se déplacer d’un hôtel à l’autre dans le centre-ville et en plein jour peut coûter environ 100 dirhams.

Quant aux gardiens de voitures dans certaines rues, notamment près de la place Jamaâ El Fna, leurs prix ont atteint 30 dirhams, ce qui suscite le ressentiment des habitants et des Marocains qui constatent désormais à quel point les « commerçants » préfèrent traiter avec les étrangers.

Mohamed Benmansour, secrétaire général de la Fédération nationale des transports touristiques au Maroc, a déclaré que les citoyens ont remarqué l’augmentation des prix concernant certains moyens du secteur des transports à Marrakech, notant que « cela est dû à la préférence de certains chauffeurs de taxi pour le transport des étrangers, en plus du fait qu’il y a des chauffeurs qui ne font pas fonctionner le compteur ».

« Cependant, en ce qui concerne le transport touristique, il a maintenu un niveau de prix raisonnable, et le prix est déterminé et annoncé via une application spéciale, en plus du fait que le coût du transport touristique n’est pas élevé par rapport à d’autres pays », a-t-il ajouté.

Les professionnels dans ce contexte se plaignent du prix élevé du carburant, comme l’a souligné Benmansour qui estime que  » malgré la subvention accordée par l’État pour le transport touristique, cela reste très léger par rapport au prix élevé du carburant et à l’augmentation du prix du carburant, qui a nous a coûté environ 50% ».

Quant à la tarification imposée par les gardes des voitures à côté de la place Jamaâ El Fna, ce phénomène a été interféré à plusieurs reprises par l’autorité locale pour le réduire, dit le même intervenant, expliquant que les intérêts de l’État et le Comité de la circulation ont précédemment fixé une tarification unifiée pour le stationnement dans le garage.

En revanche, Benmansour a noté avec regret la faiblesse du niveau de promotion touristique en adéquation avec le pouvoir d’achat de la clientèle marocaine.

Le même interlocuteur note que « la promotion du tourisme nécessite un effort, car le citoyen marocain trouve que son pouvoir d’achat n’est pas en ligne avec les prix pratiqués dans ces zones touristiques. Il devrait également s’efforcer de proposer des offres qui incitent les citoyens à visiter les différentes zones touristiques ».

Une hausse conséquente des prix à Marrakech irrite les touristes marocains Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page