Maroc : L’opposition fait front commun

Plusieurs poids lourds de l’opposition au Maroc ont souscrit à une charte commune, quoique pour l’heure fictive et qui vise à rééquilibrer le jeu électoral. Une première depuis des années et un certain Benky qui avait mis tout le monde d’accord pour sa sortie de scène. Mais à bien y voir, font-ils vraiment le poids ?

Aujourd’hui, vendredi 13 mai, les présidents des groupes et groupement de l’opposition à la Chambre des représentants, Abderrahim Chahid (Groupe socialiste), Driss Sentissi (Groupe Haraki), de Rachid Hamouni (Groupe du progrès et du socialisme) et d’Abdellah Bouanou (Groupement de justice et de développement) ont conclu une série de réunions avec les secrétaires généraux des partis politiques de l’opposition à titre de “concertation“ dans le but très probablement de coordonner des actions communes.

C’est ainsi qu’après  avoir été reçus jeudi 12 mai, au siège central du parti de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) à Rabat par Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP, ils ont rencontré, Nabil Benabdallah, secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), et Abdelilah Benkirane, secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD), avant de se concerter ce vendredi matin avec Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement populaire (MP).

L’opposition se concerte et Benkirane s’y prête

A cet égard, Driss Sentissi, qui « coiffe » cette “fronde“ si l’on peut dire, a déclaré à Hespress que « les présidents des groupes et groupement de l’opposition à la Chambre des représentants ont décidé d’expérimenter et d’évaluer le pour et le contre de cette coordination avec les leaders des partis de l’opposition ».

Une rencontre entre les leaders de l’opposition aura lieu bientôt pour en définir le contexte et en tirer les avantages, a-t-il ajouté, notant que « cette coordination avait débuté avec la soumission d’amendements conjoints au projet de loi de finances, ainsi qu’à d’autres lois ».

Selon Driss Sentissi, « les rencontres des présidents des groupes et groupement de l’opposition à la Chambre des représentants avec les leaders de l’opposition ont pour objet dans un premier temps, l’écoute des uns et des autres, les observations et les suggestions avant les concertations« .

Il a également noté que « ces rencontres ont été très positives, sans surenchère, ni pouvoir suggestif, et que c’était donc, un message au citoyen marocain pour le rassurer quant aux rôles constitutionnels que l’opposition tente de remplir au mieux ».

Maroc : L'opposition en sa majorité fait front commun

Et notre interlocuteur d’ajouter: « Les secrétaires généraux ont fait des suggestions quant aux activités communes à mener et ce, dans le pur respect de l’idéologie, des traditions et de l’histoire de chaque parti ».

La coordination ne signifie pas, a-t-il poursuivi , « se confondre en une seule et même équipe, mais plutôt que chacun dispose d’une entière autonomie pour agir et contrer le gouvernement aux questions orales et en soumettant les initiatives jugées appropriées ».

D’autre part, Driss Sentissi a confirmé que l’opposition et les groupes et groupement de l’opposition à la Chambre des représentants annonceront dans les jours à venir « une série d’activités culturelles et politiques conjointes, qui devraient donner de l’éclat au travail effectué » car ce front si l’on peut dire « n’est pas mort mais se poursuivra tout au long de ce mandat ».

Il a, par ailleurs, expliqué que « les groupes d’opposition coordonnent également au niveau des modifications qui seront apportées au régime interne de la Chambre des représentants afin de garantir les droits de l’opposition », soulignant qu’« il y a une volonté de consensus de la part de tous, de la majorité et de l’opposition ».

Pourvu que ça dure !

Maroc : L’opposition fait front commun Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page