Un rapport du CNDH pointe l’inégalité au droit à l’éducation

Le rapport du Conseil national des droits de l’homme pour l’année 2021 a dévoilé, ce vendredi 13 mai, l’ampleur du travail face à la persistance des entraves à la réalisation effective du droit à l’éducation, afin que chacun en bénéficie sur un pied d’égalité.

Le rapport, présenté par la présidente du Conseil national des droits de l’homme, Amina Bouayach, indique que « la crise épidémiologique a exacerbé les problèmes de l’éducation au Maroc, notamment en ce qui concerne la qualité (cadres pédagogiques – infrastructures – suivi pédagogique – accès à l’école) ».

Le rapport remis au Roi Mohammed VI considère que « de larges segments de la société pensent que l’enseignement privé offre la qualité », ajoutant que « de nombreuses familles n’ont pas les moyens d’offrir les conditions d’un enseignement à distance ».

Le Conseil national des droits de l’homme déplore la poursuite de la déperdition scolaire au Maroc, « le nombre d’abandons étant passé de 304 545 élèves pour la rentrée 2019-2020 à 331 558 pour 2020-2021 ».

Au sujet du travail, le rapport, « Covid 19’s Repercussions on Vulnerable Groups and Actual Tracks », indique que « les défis liés au chômage, au droit de grève et à la sécurité au travail nécessitent des solutions radicales ».

© Mounir Mehimdate

La même source a confirmé que « le conseil attend le contenu du nouveau modèle de développement et le programme du gouvernement afin d’apporter des solutions pratiques, outre le fait que la réforme fiscale en cours est un catalyseur pour faciliter la création d’entreprises ».

Le rapport du Conseil pour l’année a mis en évidence la présence de nombreux obstacles qui entravent la jouissance par les individus du droit à la santé, notamment en ce qui concerne les ressources humaines et leur répartition sur le territoire national, ainsi que le problème de l’immigration des professionnels de santé.

© Mounir Mehimdate

Et le même document ajoute, concernant la licéité de la vaccination, qu’elle « viole l’indépendance et la liberté des individus, surtout lorsqu’elle est imposée sans exception pour accéder aux espaces », la considérant comme « une atteinte à la dignité humaine ».

Le rapport publié par l’Institution constitutionnelle a également évoqué « la nécessité de développer une stratégie basée sur l’approche des droits de l’homme et la centralité du rôle de l’État dans la protection et la promotion du droit à la santé ».

© Mounir Mehimdate

Dans ce contexte, la même source a fait référence à la santé reproductive et au long délai accordé dans le cadre des rendez-vous médicaux, et aux immigrés pour bénéficier des services de santé, soulignant le travail du Conseil pour traiter les plaintes et prendre les mesures appropriées.

Un rapport du CNDH pointe l’inégalité au droit à l’éducation Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page