Le Groupe OCP projette l’implantation d’une usine de d’engrais au Brésil

Le Maroc, qui détient 70 % des réserves de phosphate au monde, a reçu ce jeudi en visite officielle, le nouveau ministre brésilien de l’Agriculture, Marcos Montes. Les discussions ont tourné autour de l’augmentation des importations d’engrais en provenance du Royaume, mais également d’une ouverture d’une usine au Brésil.

« C’est un pèlerinage que nous appelons la diplomatie des engrais », a déclaré Montes, ajoutant qu’il serait rejoint par des représentants du secteur privé pour « ouvrir des portes ». Ce « pèlerinage » a conduit Marcos Montes vers le Groupe OCP et son PDG Mostafa Terrab.

A l’issue de cette rencontre, à laquelle assistaient l’attaché agricole brésilien à Rabat, Nilson Guimarães, Marcos Montes a fait part de son intention d’installer une unité de traitement de phosphate au Brésil afin de produire des sous-produits de phosphate.

Ainsi, elle pourrait se situer à une dizaine de kilomètres du port d’Itaqui, non loin de la ville de São Luis, capitale de l’Etat de Maranhão.

Selon le ministre brésilien, la vision d’avenir présentée par le Groupe OCP trouve une synergie totale avec les objectifs du Brésil en matière de durabilité et de sécurité alimentaire mondiale. « Nous avons cette responsabilité conjointe, à la fois le Maroc, qui détient la plus grande réserve de phosphate au monde, et le Brésil, qui a une extension de terres et une technologie scientifique forte pour produire de la nourriture pour le monde », a-t-il déclaré.

Des propos corroborés par le président-directeur général du Groupe OCP, Mostafa Terrab, lors de cette réunion qui s’est tenue à Rabat. Terrab a évoqué les projets d’investissement du groupe à l’étranger et son intérêt pour le pays. « Avoir une usine au Brésil serait très utile », a-t-il fait savoir. Ajoutant que le Groupe OCP est prêt à donner la priorité au marché brésilien.

Le projet qui n’en est qu’à un stade préliminaire a de fortes chances de se concrétiser. Auquel cas ce serait la première usine du Groupe OCP au Brésil. Les produits seraient fabriqués avec de la roche phosphatée importée du Maroc. Il est question également d’y introduire également la production de phosphate dicalcique, un intrant et source de phosphore dans l’alimentation animale.

Il faut dire également que le Groupe OCP est actuellement le plus grand fournisseur de phosphore du Brésil, où il détient 31 % du marché mondial des produits phosphatés. Le Groupe opère au Brésil depuis 2010, avec sept bureaux notamment. Le Maroc est le deuxième producteur mondial d’engrais phosphatés, représentant environ 17 % de la production mondiale. En 2021, le Brésil a importé plus de 1,6 milliard de dollars d’engrais du Maroc.

Par ailleurs, le Royaume pourrait être également un partenaire scientifique avec le Brésil. En effet, le ministre de ministre brésilien de l’Agriculture a évoqué un éventuel partenariat entre l’Embrapa dont le président, Celso Moretti, faisait partie de la délégation et l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P). Embrapa est l’une des plus grandes sociétés de recherche agricole au monde créée par le Brésil en 1973 pour développer la base technologique d’un modèle véritablement tropical d’agriculture et d’élevage.

L’initiative a été chargée de fournir au Brésil la sécurité alimentaire et une position de leader sur le marché international des aliments, des fibres et de l’énergie. Aussi les deux entités présentent plusieurs stratégies convergentes pour l’application des technologies agricoles, qui indiquent un grand potentiel de coopération entre les deux pays, y compris l’utilisation des bio-intrants en plus de l’utilisation des engrais classiques.

Le Groupe OCP projette l’implantation d’une usine de d’engrais au Brésil Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page