Maroc : Les bières de la SBM prennent du poids en prix

Le marché de la bière au Maroc a démarré l’après Ramadan en trombe. Et pour cause les consommateurs assoiffés par deux mois sacrés devront y mettre un petit « chwia » de plus (à partir de 50 cts à la source) avant que de se délecter des produits de la Société des Boissons du Maroc (SBM) (ex Brasserie du Maroc).

Cette dernière avait prévenu à la veille du Ramadan de son intention d’augmenter du prix de sa bière sous toutes ses formes, une boisson très consommée dans le pays. La réaction des débits d’alcool ne s’est pas fait attendre, puisqu’ils ont répercuté la hausse des prix sur leurs tarifs. Mais qu’on se le dise il n’y a eu augmentation que des bières (alcool des “pauvres“) et non des autres alcools, même si certains labels (vins et autres) en ont profité pour élever leur prix.

Pour rappel, la SBM a réalisé un résultat net, sur l’ensemble de l’année 2021, un chiffre d’affaires de 2,71 milliards de DH, soit une hausse de 14% par rapport à 2020.

La SBM aura du fait réussi à compenser les effets de Dame Covid. Elle a en outre bénéficié graduellement et touristiquement parlant des mesures d’allègements des restrictions du segment CHR (Cafés, Hôtels, Restaurants), s’est plu à rappeler le Groupe SBM. Au passage la société, indique que le volume global des ventes des différentes activités enregistre une hausse de 7,5% par rapport à 2020, sous l’effet du renforcement de l’activité bière et l’activité vin (Castel) et de la croissance solide de l’activité eau.

En cette même année, SBM a mis à niveau son système d’information construit une station d’épuration des eaux utilisées pour l’activité brassicole et à racheter la société Cépages Marocains Réunis (CMAR) pour la modique somme de 346 millions de DH. Et avec ça, à fin d’exercice 2021 le groupe SBM affichait un excédent financier net de 661 millions de DH, contre 675 millions de DH à fin 2020. Voilà, sinon au regard des étals de chez Carrefour le différend relatif à la petite gourmandise de SBM, entre cette dernière justement et les enseignes des hypermarchés ne semblent pas être encore réglé.

Cela étant, les taxes sur les boissons alcoolisées ajoutées à celles du tabac rapportent énormément en guise de taxe intérieure de la consommation (TIC), et contribuent  fortement au budget de l’Etat. Les recettes provenant des redevances imposées sur la consommation de boissons alcoolisées au Maroc, au cours de l’année 2021, ont augmenté de manière significative, dépassant même et largement les attentes officielles incluses dans la loi de finances (LF) 2021. Selon le rapport d’exécution de la LF de l’exercice passé, les recettes des redevances imposées sur les alcools et spiritueux se sont élevées à environ 810 millions de dirhams, contre 651 millions de dirhams espérés.

Le rapport, publié par le ministère de l’Economie et des Finances, indiquait en février dernier que les recettes de la redevance imposée sur les types de bière s’élevaient à 1 milliard de dirhams en 2021, au moment où le gouvernement prévoyait 800 millions de dirhams. Il ressort des chiffres inclus dans le rapport que les recettes des deux redevances ont augmenté d’environ 359 millions de dirhams. Force donc, est de constater que la consommation de ces boissons a considérablement augmenté au cours de la dernière année. Avec une moyenne de plus de 3 litres de bière vendus par “habitant“, il est difficile de prétendre que la vente et consommation d’alcool, pardon de bières soient en baisse au Maroc.

Maroc : Les bières de la SBM prennent du poids en prix Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page