Guerre en Ukraine: Situation sur le terrain au 74e jour

Eclaté le 24 février 2022, le conflit russo-ukrainien continue de marquer l’actualité. Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions…Voici le point sur cette guerre qui oppose l’Ukraine et la Russie.

Sur l’ensemble du front au 74e jour de la guerre, les efforts russes pour arracher des succès de prestige avant la date symbolique du 9 mai semblaient infructueux, selon des experts.

Voici un point de la situation à partir d’informations des journalistes de l’AFP sur place, de déclarations officielles ukrainiennes et russes, de sources occidentales, d’analystes et d’organisations internationales.

– Le Sud –

Les derniers combattants ukrainiens étaient retranchés dimanche dans l’aciérie Azovstal, à Marioupol, l’ultime poche de résistance dans ce port stratégique sur la mer d’Azov, après l’évacuation de centaines de civils réfugiés avec eux depuis des semaines dans d’immenses galeries souterraines.

« Nous avons évacué les civils d’Azovstal », a lancé le président ukrainien Volodymyr Zelensky samedi soir, citant le nombre de 300 personnes exfiltrées.

L’état-major ukrainien a fait état dimanche d’ »opérations d’assaut russes » contre le site, avec « le soutien de l’artillerie et des tirs de chars ».

– L’Est –

Dans le bassin houiller du Donbass, 60 personnes sont portées disparues après le bombardement aérien samedi d’une école où elles se réfugiaient dans le village de Bilogorivka, dans la région de Lougansk, a indiqué le gouverneur régional, Serguiï Gaïdaï, affirmant qu’elles étaient « très probablement mortes ».

Des frappes avaient été signalées samedi autour de Donetsk où quatre personnes ont été tuées et neuf blessées, selon le gouverneur régional, Pavlo Kyrylenko.

« L’ennemi ne cesse pas ses opérations offensives dans la zone opérationnelle orientale afin d’établir un contrôle total sur le territoire des régions de Donetsk, Lougansk et Kherson (sud, NDLR), et de maintenir le couloir terrestre entre ces territoires et la Crimée occupée » (sud) depuis 2014, a indiqué l’état-major ukrainien dimanche.

L’état-major a précisé que dans la région de Donetsk, les troupes russes avaient poursuivi leurs opérations offensives autour de Lyman, Popasnyansky, Severodonetsk et Avdiivka.

« Les forces russes ont revendiqué la prise de Popasna le 7 mai, mais restent largement bloquées dans l’est de l’Ukraine », affirme l’Institut américain d’étude de la guerre (ISW).

– Le Nord –

En revanche, à Kharkiv, la contre-offensive ukrainienne pour mettre la deuxième ville d’Ukraine hors de portée de l’artillerie ennemie continuait à se développer: elle « fait des progrès significatifs et avancera probablement jusqu’à la frontière russe dans les jours ou semaines à venir », selon l’ISW.

« La contre-offensive ukrainienne oblige des unités russes prévues pour un déploiement ailleurs à se redéployer sur le front de Kharkiv pour arrêter les attaques ukrainiennes », ajoute-t-il.

L’armée russe a détruit trois ponts routiers « pour ralentir la contre-offensive » dans la région, a affirmé samedi le ministère ukrainien de la Défense.

– Bilan humain –

Il n’existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit. Rien qu’à Marioupol, les autorités ukrainiennes ont parlé il y a plusieurs semaines de 20.000 morts. Et les enquêteurs ukrainiens affirment avoir identifié « plus de 8.000 cas » présumés de crimes de guerre.

Sur le plan militaire, le ministère ukrainien de la Défense évalue les pertes russes à plus de 25.000 hommes, 199 avions et 1.130 chars depuis le début de l’offensive le 24 février.

Le Kremlin a récemment admis des « pertes importantes ». Certaines sources occidentales évoquent jusqu’à 12.000 soldats russes tués.

Le président Zelensky a déclaré qu’environ 2.500 à 3.000 soldats ukrainiens avaient été tués et quelque 10.000 blessés.

Aucune statistique indépendante n’est disponible.

– Déplacés et réfugiés –

Selon le Haut Commissariat aux réfugiés de l’ONU (HCR), plus de 5,4 millions d’Ukrainiens ont fui leur pays. Parmi eux, 90% de femmes et d’enfants, les hommes de 18 à 60 ans, susceptibles d’être mobilisés, n’ayant pas le droit de partir.

Plus de 7,7 millions d’Ukrainiens ont été déplacés à l’intérieur du pays, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Guerre en Ukraine: Situation sur le terrain au 74e jour Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page