La presse ibérique refuse de vendre du gaz moins cher à la France et au Maroc

Alors que l’Espagne vient d’avoir des garanties européennes pour limiter le prix du gaz qui génère de l’électricité, la presse ibérique s’inquiète que ces prix bas fixés par Bruxelles ne profitent à la France et au Maroc. L’idée même que le royaume puisse acheter du gaz moins cher ne plait pas. 

Si l’idée de l’Espagne et du Portugal était de créer deux marchés du gaz, un avec une subvention à la consommation locale et un autre avec des prix de marché similaires au reste de l’Europe, au niveau de la Commission européenne cette proposition jugée non équitable n’a pas été validée, en pleine crise de l’énergie en Europe, surtout que Madrid a demandé à faire des achats groupés européens d’énergie.

L’Espagne et le Portugal demandaient dans leur proposition visant à baisser l’impact de l’augmentation des prix de gaz au niveau mondial pour leur deux pays, l’autorisation de la Commission européenne de subventionner la production de centrales de production utilisant des combustibles fossiles (gaz, charbon et centrales de cogénération) afin de compenser l’augmentation du coût de leurs combustibles.

Madrid voulait pratiquer des prix du gaz de consommation locale bas et revendre de l’énergie à un prix élevé afin de gagner sur plusieurs tableaux alors que le monde est en crise d’énergie et la Commission était sollicitée pour endiguer une possible crise dans le pays ibérique. Mais Bruxelles a refusé cette idée où l’Espagne tirerait son épingle du jeu.

« Les Espagnols paieront 2 100 millions pour que la France et le Maroc accèdent à la limite de gaz », a titré le site espagnol Vozpopuli, en faisant une estimation du coput de ce refus de Bruxelles qui permettra aux pays voisins de l’Espagne d’acheter du gaz au même prix.

Estimant que l’Europe « oblige l’Espagne à maintenir l’échange d’électricité avec la France et le Maroc », le site prévoit que l’impact indirect sera « une augmentation des exportations vers les pays voisins jusqu’à leur capacité maximale ».

Et de juger que la subvention qui fera baisser les prix de consommation du gaz aura un « effet d’attraction sur les pays voisins ».

Le secteur  de l’énergie estime que l’accord négocié avec Bruxelles aura immédiatement une forte réduction du coût des centrales de production utilisant des combustibles fossiles et la baisse conséquente du prix du marché de l’électricité en Espagne

Le média n’accepte pas que la France profite des mêmes avantages, en expliquant que la capacité d’exportation vers la France en 2021 s’était élevée à 20,9 térawattheures (TWh), dont 7,8 TWh ont été exportés, tandis que les importations se sont élevées à 14,1 TWh.

Selon les prévisions, la production des centrales à gaz et à charbon en Espagne augmentera de 27,1 TWh pour couvrir l’augmentation des exportations vers la France, indique la même source.

Et d’estimer que le Maroc pourrait également profiter de la situation puisque les prix de l’électricité de gros seront subventionnés et devrait, acheter pour 6,9 TWh d’électricité, jugeant que le prix en Espagne serait « bien inférieur à ses propres coûts de production variables ».

La presse ibérique refuse de vendre du gaz moins cher à la France et au Maroc Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page