Pourquoi la FRMF a-t-elle choisi de démentir publiquement le départ de Vahid Halilhodzic?

Suite aux nombreuses rumeurs de licenciement de Vahid Halilhodzic à la tête de sélection marocaine, la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) a pris une décision radicale, celle de publier un communiqué officiel pour mettre fin à des spéculations qui ne cessent d’alimenter la presse nationale et internationale.

Entre le Maroc et Vahid Halilhodzic, c’est je t’aime moi non plus. Soutenu publiquement par sa Fédération, le technicien bosniaque est sur la ligne de mire des supporters et de la presse internationale qui affirment que le coach pliera bagages avant la Coupe du monde 2022, avançant de nombreux noms pour le remplacer à commencer par l’ancien coach de l’Olympique de Marseille André Villas-Boas ou encore l’ancien entraîneur des Lions de l’Atlas, Hervé Renard.

Face à ce qui a été décrit par des proches de la FRMF comme une « campagne de déstabilisation », l’instance marocaine a été contrainte de publier un démenti officiel, bien qu’elle ait déjà réfuté les rumeurs via les médias dont Hespress FR.

« En réponse aux informations relayées lundi 2 mai 2022 par quelques sites électroniques […], la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) précise qu’aucune réunion n’a été tenue à ce jour entre le président de la FRMF et le sélectionneur national qui est toujours en congé à l’étranger », a indiqué la Fédération dans un communiqué.

« Halilhodzic sera de retour au Complexe Mohammed VI de Football au cours de cette semaine comme annoncée précédemment », conclut le communiqué,

Malgré la qualification pour le Mondial-2022 au Qatar, le sélectionneur des Lions de l’Atlas a été critiqué au Maroc pour ses choix, comme sa décision de ne plus convoquer en équipe nationale la vedette de Chelsea Hakim Ziyech et le défenseur de l’Ajax Amsterdam Noussair Mazraoui, qui sont brouillés avec lui.

Mais, de son côté, le patron de la FRMF, Fouzi Lekjaa, a récemment fait savoir que les portes de l’équipe nationale restaient  » ouvertes à tous les joueurs marocains, quels que soient les différends », ce qui a été interprété par les supporters comme un potentiel départ de l’ancien des Fennecs.

Plus encore, les rumeurs de départ du Franco-bosniaque ont repris de plus belle après les déclarations de Fouzi Lekjaa lors de sa présence dans le space Twitter organisé par la page de football Soccer212.

Interrogé sur l’avenir de son sélectionneur, Lekjaa n’a pris aucune position, et a éveiller les soupçons lorsqu’il a affirmé que personne n’était à l’abris y compris lui.

« Rien n’est figé. On ne peut pas dire aujourd’hui qu’il est indispensable et intouchable, tout comme on ne peut pas dire que Fouzi Lekjaa est indispensable et intouchable. Dans les systèmes de management, tout est dynamique. Le plus important aujourd’hui, c’est qu’on est qualifié, on n’est pas sous la pression, on a le temps, on discute, on réfléchit. Le plus important, comme j’ai dit, c’est d’arriver au jour J dans la meilleure situation pour honorer les 40 millions de Marocains et les rendre fiers de leur équipe nationale », avait déclaré le patron de l’instance marocaine.

Le double coup de pression exercé par Lekjâa sonne comme un avertissement à l’encontre d’un technicien réputé pour son intransigeance. Halilhodzic avait d’ailleurs été remercié par la Côte d’Ivoire en 2010 et le Japon en 2018 quelques mois avant la Coupe du Monde, après avoir qualifié ces deux équipes.

Sous contrat avec son staff technique jusqu’en juillet 2023, Halilhodzic, nommé juste après la CAN 2019, perçoit un salaire mensuel d’environ 100 000 euros auquel il faut ajouter de généreuses primes. Le renvoyer aurait un coût assez élevé, et surtout une décision risquée à quelques mois de la Coupe du monde 2022.

Depuis, les noms des successeurs se sont succédés : André Villas-Boas, Hervé Renard, Laurent Blanc, Lucien Favre ou encore Jorge Sampaoli, pour ne citer qu’eux.

Cependant, la FRMF veut éloigner tout ce qui perturbera le bon déroulement des préparatifs des Lions de l’Atlas à l’approche de la compétition mondiale.

Si l’on ne sait pas de quoi est fait demain, l’instance marocaine a pour l’instant tenu à faire savoir qu’elle continuera l’aventure avec l’ancien du FC Nantes qui aura du pain sur la planche avec l’équipe nationale, en marge d’un match amical face aux Etats-Unis.

Pour rappel, le Maroc a décroché son ticket pour le Mondial-2022 fin mars après avoir écarté la République démocratique du Congo en match de barrage. Au Qatar, le Maroc sera opposé à la Croatie, la Belgique et au Canada, dans le groupe F.

Pourquoi la FRMF a-t-elle choisi de démentir publiquement le départ de Vahid Halilhodzic? Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page