Migration: Rabat et Madrid conviennent de renforcer leur coopération

La 20è réunion du Groupe Permanent hispano-marocain sur la migration, s’est tenue ce vendredi 6 mai à Rabat, l’occasion pour Rabat et Madrid de faire le point et de mettre en place de nouveaux mécanismes à même de favoriser la coopération bilatérale en matière de migration.

La réunion du Groupe permanent hispano-marocain sur la migration, est l’un des principaux engagements inclus dans la feuille de route convenue le 7 avril dernier après la rencontre entre le Président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez et le roi du Maroc, Mohammed VI.

Lors de cette rencontre du Groupe permanent sur la migration, la 20è depuis sa création en 2003, les deux parties se sont penchées sur les nouveaux défis en matière de migration après la situation exceptionnelle causée par la pandémie de COVID-19 au cours des deux dernières années, et ont discuté des principaux points de collaboration entre les deux pays sur un sujet clé dans le cadre des relations entre l’Espagne et le Maroc.

Soutien des programmes de migration circulaire et « talentpartnership »

Intervenant à cette occasion, le secrétaire d’État pour les affaires migratoires, Jesús Javier Perea, a souligné la nécessité de poursuivre les programmes de migration régulière comme objectif stratégique pour l’Espagne et aussi pour l’Union européenne, en particulier après la communication de la Commission européenne du 27 avril en ce sens.

Il a en ce sens mis en avant les efforts du gouvernement espagnol dans la promotion d’initiatives axées sur la formation, telles que Wafira, un projet financé par l’Union européenne qui permet à des centaines de Marocaines d’être formées dans des coopératives espagnoles afin qu’à leur retour au Maroc, ils puissent créer leur propre entreprise avec un soutien technique et financier.

« Ces programmes, a-t-il dit, contribuent à renforcer les relations entre les deux pays en matière de migration régulière tout en contribuant au développement et à l’autonomisation des femmes qui y participent ».

Perea a également souligné l’engagement avec les programmes de formation dans diverses activités professionnelles et qui impliquent des entreprises espagnoles basées dans le pays voisin, ainsi que le lien créé entre les femmes marocaines – plus de 12 000 cette année – qui participent à la collecte des fruits rouges dans le cadre du programme GECCO.

En ce sens, a-t-il ajouté, le gouvernement espagnol continuera à soutenir la formation et l’inclusion dans ce domaine, ainsi que l’amélioration des voies d’accès pour les étudiants marocains qui souhaitent terminer leurs études universitaires en Espagne.

La coopération opérationnelle, clé du contrôle de l’immigration

De son côté, le secrétaire d’État au ministère de l’Intérieur, Rafael Pérez, a mis en avant l’engagement de l’Espagne et du Maroc à poursuivre le renforcement de la coopération bilatérale en matière migratoire.

« Nous sommes des pays voisins et des partenaires stratégiques, le travail commun quotidien a été un exemple, notamment en ce qui concerne le contrôle des flux migratoires et la lutte contre les réseaux de traite des êtres humains », a déclaré Rafael Pérez.

Il a à cet égard évoqué les conséquences économiques de la pandémie et la fermeture des frontières liées à la crise sanitaire comme facteurs ayant influencé les flux migratoires: « Nous croyons fermement que la meilleure option pour faire face à ce défi est la coopération bilatérale avec les pays d’origine et avec ceux qui partagent ce même défi ».

Dans le même ordre d’idées, Rafael Pérez a détaillé des exemples de collaboration conjointe qui ont démontré leur efficacité opérationnelle ces dernières années, comme les patrouilles mixtes maritimes, terrestres et aériennes entre la Garde civile et la Gendarmerie royale, l’échange d’informations et la collaboration policière pour démanteler les réseaux de traite des êtres humains, et la création des Centres de coopération policière de Tanger et d’Algésiras.

Pour ce qui est de la route atlantique, Pérez a indiqué que le travail conjoint en matière de “retour”, en tant qu’élément dissuasif des départs vers les îles Canaries, s’avère être un instrument efficace dans le démantèlement des réseaux de trafic. Le secrétaire d’Etat à la Sécurité a exprimé sa volonté de continuer à intensifier l’effort dans ce domaine « avec agilité et flexibilité ».

Rationalisation des procédures de visa

Pour sa part, la secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Ángeles Moreno, a fait part de sa satisfaction quant à la reprise du dialogue permanent bilatéral sur la migration. Cette rencontre, a-t-elle rappelé, constitue la première application concrète de la déclaration conjointe adoptée à l’occasion de la visite du président du gouvernement au Maroc le 7 avril.

Concernant les demandes marocaines d’accélération de l’octroi des visas, Moreno a souligné les efforts quantitatifs et qualitatifs déployés par les services consulaires d’Espagne au Maroc et a réitéré la volonté de les poursuivre et d’alléger au maximum les procédures. C’est dans l’intérêt des deux parties, en favorisant une mobilité ordonnée et régulière. L’Espagne souhaite que de plus en plus d’étudiants marocains améliorent leur formation académique dans les institutions espagnoles.

Des dossiers migratoires régionaux, européens et multilatéraux intéressant les deux parties, tels que l’imminence du Forum mondial de suivi du Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière, la présidence espagnole du processus de Rabat, l’initiative Team Europe pour la Route Atlantique et Méditerranée Occidentale promue par l’Espagne, les opportunités bilatérales de la participation croissante du Maroc aux financements européens dans ce Cadre Financier Pluriannuel ou encore le suivi des engagements migratoires du sommet Union Européenne-Union Africaine, ont également été abordés.

Dans chacun de ces sujets, les deux parties, qui affichaient des convergences de vues, ont arrêté des voies de collaboration, en particulier dans le processus de Rabat, dans lequel les deux parties, conformément au mandat de la déclaration du 7 avril, ont échangé des idées pour assurer une collaboration étroite dans leurs présidences respectives du processus en 2022 et 2023.

A noter que côté marocain, a pris part à la réunion une délégation conduite par le directeur de la migration et de la surveillance des frontières, Khalid Zarouali.

Migration: Rabat et Madrid conviennent de renforcer leur coopération Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page