Le nouvel ambassadeur allemand entame ses travaux dans le cadre du plan marocain d’autonomie

Dans le cadre du plan marocain d’autonomie de son Sahara, le nouvel ambassadeur allemand à Rabat, Robert Dölger, entame ses fonctions diplomatiques, en s’attelant à plusieurs dossiers stratégiques.

Le représentant de la diplomatie allemande est rentré au Maroc, mardi, après des mois de gel en raison des positions ambiguës de Berlin sur la question du Sahara marocain.

Parmi les plus importants dossiers de coopération stratégique qui attendent le nouvel ambassadeur d’Allemagne, il y a celui de la mise en œuvre de la nouvelle feuille de route convenue par Rabat et Berlin qui a permis, en premier lieu, la reprise des relations diplomatiques, puis la coopération politique entre les deux pays fondée sur le respect de la souveraineté, les orientations stratégiques des deux pays et leurs choix politiques.

A cet égard, Hicham Mouatadid, spécialiste des relations internationales, estime que le nouvel ambassadeur allemand sera confronté à de grands défis liés au réaménagement la diplomatie allemande selon les nouvelles orientations de Berlin, qui s’efforce de gagner le soutien de Rabat dans de nombreux dossiers stratégiques, notamment ceux liés aux secteurs vitaux d’intérêt commun, au niveau de la région méditerranéenne et du continent africain.

Le politologue ajoute que l’ambassadeur allemand devra travailler en urgence et sous sa supervision directe sur le renforcement de la coopération institutionnelle entre les deux pays au plus haut niveau en s’appuyant sur des projets communs entre les institutions politiques dans plusieurs secteurs.

Mouatadid a souligné également que l’ambassadeur d’Allemagne travaillera à la mise en application de la volonté des deux pays à investir cette entente stratégique en réponse aux aspirations des acteurs économiques et politiques marocains et allemands.

Il a ajouté que le nouvel ambassadeur allemand lancera une nouvelle phase diplomatique dans les relations maroco-allemandes. Cette nouvelle transition dans la qualité de la coopération politique entre les deux pays l’obligera, d’une part, à prendre une mesure diplomatique responsable accompagnée de la mise en œuvre d’engagements politiques responsables. D’autre part, il devra veiller à ce que le processus de projets conjoints soit suivi dans le respect des termes de l’accord stratégique entre les dirigeants des deux pays.

L’expert en relations internationales met l’accent sur la sensibilité de la période de la méfiance de l’Allemagne à l’égard des intérêts stratégiques et aux orientations souveraines du Maroc. Et d’ajouter que « ce sont tous ces facteurs qui poussent le nouvel ambassadeur à gérer sa nomination à la tête de la diplomatie allemande au Maroc, avec beaucoup d’engagement politique et de professionnalisme diplomatique afin de gagner le pari des aspirations des deux pays. »

Le nouvel ambassadeur allemand entame ses travaux dans le cadre du plan marocain d’autonomie Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page