Etudiants marocains d’Ukraine: Le gouvernement annonce des nouveautés

Le gouvernement a annoncé, jeudi, que le dossier des étudiants marocains en Ukraine est entré dans sa deuxième phase et qu’une annonce est proche. Le cas des étudiants en Ukraine est toujours en suspens depuis leur rapatriement et leurs parents viennent de manifester pour une solution. 

Alors que les parents des étudiants marocains de médecine et de pharmacie en Ukraine s’inquiètent de l’avenir de leurs enfants, et ont manifesté jeudi pour que l’exécutif accélère les procédures de leur intégration dans le système universitaire marocain, le gouvernement a apporté des précisions sur la situation.

« Le gouvernement suit ce dossier » a affirmé le porte-parole du gouvernement Mustapha Baitas, lors d’un point de presse à l’issue du conseil de gouvernement.

Il a indiqué que leur dossier passe par plusieurs étapes, dont la première était de procéder à leur recensement qui a conclu que cela concerne près de 7 000 étudiants.

© Mounir Mehimdate

« A présent, le gouvernement a devant lui plusieurs choix pour intégrer ces étudiants dans des parcours d’études. Parmi eux figurent des parcours nationaux et d’autres à l’étranger avec un nombre de pays partenaires dont la Hongrie et la Roumanie », a expliqué Mustapha Baitas.

Et d’ajouter qu’« il y aura une annonce prochainement », concernant leur cas, tout en expliquant que l’exécutif est à présent passé à la deuxième étape, « celle où l’on reçoit les dossiers et on définit les parcours. Au début, nous avons pris connaissance des informations et détails, et de ce qu’on attend de nous. Nous avons recensé le nombre d’étudiants de chaque année, de chaque matière et parcours d’études, entre la médecine, la pharmacie et le dentaire », a-t-il affirmé.

Jeudi, les parents d’étudiants ont manifesté devant le siège du ministère de l’Education pour appeler la tutelle à intégrer leurs enfants au plus vite dans les universités marocaines. Ils font également part de leur désapprobation de l’idée que leurs enfants passent des examens pour déterminer leur aptitude à poursuivre leurs études au Maroc.

Les étudiants estiment que les conditions pour passer un tel examen ne sont pas réunies, indiquant à ce sujet qu’il existe une différence de langue dans les programmes, mais aussi une différence de programme entre l’Ukraine et le Maroc.

Et alors que le ministre de l’Enseignement supérieur, Abdellatif Miraoui a expliqué que cet examen était nécessaire pour maintenir et garantir la qualité de l’enseignement au sein des universités marocaines, les parents des étudiants eux, estiment que les universités dans lesquelles leurs enfants ont poursuivi leurs études en Ukraine sont mieux classées à l’échelle internationale que les universités marocaines et que c’est le ministère qui leur a communiqué le nom des meilleures universités ukrainiennes.

© Mounir Mehimdate

Depuis leur retour, les étudiants en médecine et pharmacie sont au cœur d’une controverse. Leur arrivée au milieu de l’année alors qu’ils étudient des programmes différents a posé la question de leur bonne intégration au sein des universités marocaines.

Leur nombre, près de 7000, est également un problème pour le gouvernement, qui doit trouver le moyen de les répartir selon leur niveau d’études entre les différentes facultés du royaume.

Leur cas a également posé des réticences au sein de la société marocaine, notamment parmi les étudiants en médecine dont certains refusent que leurs compatriotes soient intégrés automatiquement, relevant qu’ils n’ont pas le même niveau, et qu’eux ont dû faire face à des contraintes pour leur admission.

Ils estiment que ce serait trop facile et injuste que leurs compatriotes soient intégrés alors qu’aucun d’eux n’avait le seuil d’admission ou n’ont pas réussi les examens d’entrée après le BAC, ce à quoi d’autres répondent qu’il faut prendre en compte les circonstances exceptionnelles du conflit en Ukraine et qu’ils ne sont pas responsables de la situation.

Etudiants marocains d’Ukraine: Le gouvernement annonce des nouveautés Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page