Droits des femmes : Un colloque insiste sur l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes

Depuis sa création, « La dynamique de l’ajustement maintenant » s’emploie à suivre les recommandations émises et le rythme des travaux des mécanismes internationaux concernés par les droits humains des femmes. Elle s’emploie également à présenter ses déclarations et rapports parallèles concernant la capacité du Maroc à mettre en œuvre ses obligations internationales relatives au Plan d’action de Beijing et à la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.

Aujourd’hui, les travaux de la 66ème édition de la Commission de la condition de la femme qui se tient du 14 au 25 mars 2022 sous le thème « Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles dans le contexte des changements climatiques, des politiques et programmes environnementaux, et prévenir des catastrophes » sont l’occasion pour « La dynamique » d’exprimer la position des associations de femmes et des défenseurs des droits humains à partir du thème de la session.

© Mounir Mehimdate

Cette édition est également l’occasion pour les participants de contribuer à présenter leur diagnostic de la situation et en même temps d’interagir avec la proposition de la Commission et les plans d’action entrepris par les gouvernements depuis la 61ème session organisée sous le slogan « L’autonomisation économique des femmes dans le monde du travail en mutation », fait savoir l’Association marocaine des droits des femmes (ADFM) dans un communiqué.

La session de cette année relative à la Commission de la condition de la femme coïncide avec la montée en puissance d’un nouveau gouvernement après les élections du 8 septembre 2021, précise l’ADFM.

Une occasion appropriée pour rétablir les revendications du mouvement des femmes concernant l’activation de l’égalité entre les femmes et les hommes, et d’évaluer les « progrès » qui ont eu lieu au niveau du respect par le Maroc de ses obligations internationales à cet égard, souligne l’association, « d’autant plus que le gouvernement marocain a annoncé dans son rapport sur le Nouveau Modèle de développement, un certain nombre de programmes à l’horizon de 2035, à leur tête, une augmentation du pourcentage de femmes actives de 18 % actuellement à 45 % d’ici 2035, tandis que le programme gouvernemental a porté des projets liés à l’autonomisation économique des femmes », précise la même source.

© Mounir Mehimdate

Si le thème de cette 66ème édition pose plusieurs défis et soulève des problèmes liés aux responsabilités des gouvernements dans la promotion des droits des femmes, et au rôle de la société civile dans la définition de ses responsabilités, l’ADFM explique que cette session consacrera une partie de ses travaux au suivi des progrès réalisés dans l’activation des conclusions concertées de la 61ème session, dont les travaux ont été consacrés à « l’autonomisation économique dans un monde du travail en mutation », et à l’examen des résultats gouvernementaux dans la mise en œuvre de ses propositions identifiées en 7 axes.

Il s’agit du renforcement des cadres normatifs et juridiques, le renforcement de l’éducation, de la formation et des stages, la mise en œuvre de politiques économiques et sociales pour l’autonomisation économique des femmes, aborder le travail informel et la mobilité des femmes, entreprendre des changements technologiques et numériques pour autonomiser économiquement les femmes, renforcer la voix collective des femmes, leur capacité de leadership et de prise de décision et enfin renforcer le rôle du secteur privé dans l’autonomisation économique des femmes.

Au cours de ce colloque, l’ADFM et les associations qui y participent comptent s’appuyer sur les données dont disposent les institutions et secteurs concernés, dont les indicateurs confirment l’exacerbation de la pauvreté et de la fragilité économique et sociale des femmes, notamment en période de propagation de la pandémie du Covid-19, comme le confirme un ensemble d’études et de rapports de nombreuses institutions tels que le Haut Commissariat au Plan et le ministère des Finances et de l’Économie, conclut l’Association.

© Mounir Mehimdate

Droits des femmes : Un colloque insiste sur l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page