Flambée des prix: Le gouvernement continue d’évoquer les hausses à l’international

Un grand refus a été constaté lorsque le gouvernement a exprimé son intention d’imposer le pass vaccinal ou sanitaire aux fonctionnaires de l’État en plus des prélèvements sur salaire en cas d’absence et de l’interdiction d’accès aux lieux de travail. Une décision qui a mené le gouvernement et les syndicats les plus représentatifs à la table du dialogue, vu la complexité qui entoure l’application de cette mesure. 

En réponse à une question sur ce point lors du point de presse à l’issue du Conseil du gouvernement tenu ce jeudi 17 février, Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, a indiqué que « pour le moment, le processus de vaccination avance à un bon rythme, avec une grande adhésion». 

«Si nous continuons sur ce rythme, nous n’aurons besoin de forcer personne à se faire vacciner», a-t-il ajouté.

L’autre question à laquelle a réagi le ministre, et qui revient souvent ces derniers temps, concerne la hausse des prix. Encore une fois, Mustapha Baitas a déclaré que cette hausse est imposée par le contexte international. « Une vérité qu’il fait reconnaître et croire », a-t-il soutenu.

« Nous vivons dans un contexte difficile caractérisé par une flambée des prix sur le marché international. Et le gouvernement fait un gros effort pour maintenir la stabilité des prix de première nécessité », a-t-il affirmé.

Selon les données fournies par le porte-parole du gouvernement, l’enveloppe financière dépensée pour subventionner la farine, via le fonds de compensation, s’élevait à 774 millions de dirhams (7,74 milliards de centimes), au mois de janvier 2022.

L’abondance de la récolte agricole au cours de l’année précédente a contribué, selon Baitas, à « la disponibilité d’un certain nombre de produits de consommation sur le marché à un prix raisonnable au cours de l’année en cours, qui se caractérise par une important déficit pluviométrique ». Le ministre a également lié les prix élevés d’autres produits, aux fluctuations du marché international.

Concernant les mesures que le gouvernement compte prendre en cette période de sécheresse critique que traverse le Maroc et l’eau qui se fait de plus en plus rare dans certaines régions du pays, Mustapha Baitas a eu ces mots: « Nous implorons Dieu de nous aider dans les mois à venir, mais le gouvernement fait un excellent travail pour éviter les coupures d’eau ».

Dans ce sens, Mustapha Baitas a « collé » la crise actuelle d’eau au gouvernement précédent en soulevant plusieurs questions notamment « pourquoi le programme précédent n’a-t-il pas été mis en œuvre dans le délai fixé ? Pourquoi les grandes usines de dessalement d’eau de mer, comme celle de Casablanca, n’ont pas été achevées ? », avant d’ajouter : «Je ne pense pas que ce soit le bon moment pour de telles discussions ».

Quand alors ?

Flambée des prix: Le gouvernement continue d’évoquer les hausses à l’international Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page