Programme Awrach pour l’emploi : Ce que recommande l’OTRAGO

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch a promis la création d’un million d’emplois durant les 5 prochaines années. Un promesse d’envergure qui, si elle est appliquée, permettra de faire baisser considérablement le chômage au Maroc, surtout parmi les jeunes. 

Le 12 janvier courant, le chef du gouvernement Aziz Akhannouch a signé la circulaire relative au lancement du programme Awrach, qui vise la création de 250.000 emplois directs, avec une enveloppe budgétaire de 2,25 milliards de dirhams, d’ici deux ans.

Ainsi, le programme Awrach vise l’accompagnement des exclus du marché du travail et des catégories touchées par les répercussions de la pandémie de Covid-19, en améliorant leur employabilité et en augmentant leurs chances d’insertion professionnelle, avec l’aide évidemment de plusieurs partenaires (départements ministériels, institutions publiques, autorités locales et collectivités territoriales, associations de la société civile, coopératives locales, entrepreneurs du secteur privé), sans exiger aucune qualification pour les bénéficiaires du programme.

Dans les détails, ce programme est divisé en deux parties. La première partie concerne des chantiers temporaires généraux d’environ 6 mois en moyenne et qui constituent 80% du nombre de bénéficiaires de l’ensemble du programme, visant à réaliser des travaux et activités à caractère temporaire, qui s’inscrivent dans le cadre de l’intérêt public et du développement durable, précise la circulaire d’Akhannouch.

La seconde partie, elle, concerne les chantiers d’appui à l’inclusion durable qui constituent 20% des bénéficiaires du programme dans son ensemble, et qui visent à atteindre trois objectifs à savoir répondre aux services destinés à la communauté, aux familles et aux personnes (alphabétisation, soins aux personnes âgées, activités sportives), accompagner les secteurs et entreprises impactées par les répercussions du Covid 19 et enfin accompagner les entreprises souhaitant embaucher les publics concernés ou rencontrant des difficultés d’insertion professionnelle.

Un programme sociétal qui permettra d’encadrer les catégories exclues

Dans le cadre de sa lecture préliminaire du programme AWRACH, l’Observatoire de l’Action gouvernementale (OTRAGO) a présenté un ensemble d’observations et de recommandations.

Dans un premier, l’Observatoire souligne apprécier l’orientation du gouvernement vers l’accélération de la mise en œuvre de ses engagements en matière d’emploi, en fixant le cadre général du programme AWRACH et en assurant son lancement dans un délai n’excédant pas 3 mois à compter de l’investiture du gouvernement.

L’Observatoire a également vu en ce programme, un nouveau type de politique générale de l’emploi, que le Maroc vient d’opter pour la première fois, qui permettra non seulement de soulager la pression sur le marché du travail, mais également protéger la compétitivité de la valeur du travail.

De même, l’Observatoire estime que l’orientation positive du programme permettra de contribuer à l’augmentation du taux de consommation, à travers les revenus qu’ils procureront au grand nombre de bénéficiaires, notant la positivité d’assurer la préservation du cadre juridique de la relation d’emploi du programme, et l’imposition de la couverture sociale comme condition préalable aux opportunités nouvellement créées.

Cela dit, l’Observatoire a exprimé sa crainte de la faiblesse des capacités logistiques et humaines pour accompagner la mise en œuvre du programme, notamment en ce qui concerne l’encadrement et l’accompagnement des bénéficiaires du programme des petits et grands chantiers temporaires pendant la durée des ateliers, comme indiqué dans les objectifs du programme.

Ce que recommande l’OTRAGO

À travers sa lecture initiale du programme AWRACH, l’Observatoire d’Action gouvernementale a présenté un ensemble de recommandations, afin de contribuer à enrichir le débat sur le programme et d’étendre un point de vue civil qui peut contribuer au succès du programme et de ses objectifs.

Parmi ses recommandations, OTRAGO estime qu’il va falloir veiller à adopter des procédures de gestion plus fluides, et rechercher des possibilités de gestion éloignées de la logique administrative bureaucratique tout en assurant des règles transparentes et complètes, à l’égard des bénéficiaires du programme, qu’il s’agisse d’associations, de coopératives, d’entreprises.

L’Observatoire préconise également de renforcer les rôles des institutions nationales chargées de l’emploi, dans les différentes étapes du programme, et bénéficier de leur expertise et de leur expérience en matière d’encadrement, de communication et de gestion sur le terrain en plus du renforcement de la communication sur le programme, de manière à permettre de comprendre et d’expliquer ses différents contenus et objectifs pour les différentes catégories de la société.

Par la suite, la même institution recommande l’adéquation de certaines opportunités proposées dans le cadre du programme, avec les possibilités réelles d’accès au marché d’emploi, et insiste sur le renforcement des capacités de formation qualifiante pendant la période des chantiers, tout en renforçant l’accompagnement sérieux et continu des bénéficiaires.

In fine, l’Observatoire préconise de travailler à remédier au déséquilibre des quotas alloués aux deux volets du programme de manière à assurer un équilibre entre eux et à accroître la cohérence et l’harmonie entre les différentes composantes du programme.

Programme Awrach pour l’emploi : Ce que recommande l’OTRAGO Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page