Éducation : Benmoussa rencontre les contractuels fin janvier, les syndicats espèrent la résolution de 18 dossiers

Dès son arrivée au gouvernement, le ministre de l’Éducation nationale, Chakib Benmoussa a ouvert le dialogue avec les syndicats les plus représentatifs du secteur, voire même la coordination des enseignants dits « contractuels« . Aujourd’hui, plusieurs réunions sont prévues au cours des prochains jours pour la résolution des dossiers en suspens qui ont perturbé le système. Cela marquera-t-il la fin d’une phase et l’arrivée d’une autre ?

Au total, 23 dossiers revendicatifs des professionnels du secteur de l’éducation étaient sur la table du ministère de l’Éducation nationale à fin 2020. Aujourd’hui, ils ne sont que 18 dossiers dont les syndicats les plus représentatifs du secteur espèrent la résolution.

Le pari sur le nouveau gouvernement est donc là et ressenti du côté des syndicats, qui espèrent voir certains dossiers résolus et d’autres progresser afin de mettre fin aux problèmes accumulés durant cette dernière décennie, et qui ont désorienté le système éducatif (grèves, protestations, colère …).

Ainsi, les enseignants « contractuels » ouvriront le bal des discussions avec le ministère de l’Éducation nationale, lundi 31 janvier. Une réunion est prévue entre les représentants des enseignants recrutés par contrat auprès des AREF et le ministère sur ce dossier en particulier, qui a plusieurs caractéristiques et technicités à étudier en profondeur pour pouvoir parvenir à une solution juste et raisonnable pour tous.

Selon Abderrazak El Idrissi, secrétaire générale de la Fédération nationale de l’éducation (FNE), l’ouverture du dialogue est la première étape pour trouver des solutions aux problèmes en suspens, précisant que certains dossiers ne nécessitent que du sérieux de la part du gouvernement pour être résolu.

Dans une déclaration à Hespress, El Idrissi a confié que le ministère se posera à table avec les syndicats et la coordination nationale des enseignants recrutés par contrats auprès des AREF, fin du mois de janvier, pour délibérer uniquement sur ce sujet, tandis que le reste des dossiers revendicatifs seront discutés au cours du mois de février, a-t-il précisé .

« Certains dossiers, comme celui des victimes des deux régimes, ne nécessitent qu’une simple étude, et cela a été convenu avec le ministère, tandis que d’autres comportent des problèmes majeurs ou d’injustice que le dossier des enseignants contractuels ou ceux privés de l’hors-échelle« , a-t-il expliqué

S’agissant des 18 dossiers toujours en suspens, Abdelghani Raki, nous a précisé que certains d’entre eux sont étroitement liés au statut, qui devrait être discuté le mois prochain.

Les syndicats de l’éducation et le ministère de tutelle recherchent ainsi des solutions aux problèmes accumulés durant ces dernières années, a estimé le syndicaliste, soulignant que tous les scénarios sont possibles. Mais  » la sortie d’un nouveau statut pourrait résoudre de nombreux problèmes« , selon Raki.

La coordination avec le ministère permettra ainsi de mettre en évidence et de présenter au public toutes les solutions possibles dès qu’un accord sera trouvé, a expliqué le syndicaliste, soulignant que l’objectif demeure de trouver des solutions à de nombreux dossiers qui entravent le développement du système éducatif marocain.

Éducation : Benmoussa rencontre les contractuels fin janvier, les syndicats espèrent la résolution de 18 dossiers Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page