Al Sisi aux Emirats arabes unis pour plaider la cause algérienne

Après avoir reçu Abdelmadjid Tebboune, le président égyptien Abdel Fattah Al Sisi est arrivé aux Emirats arabes unis, pour une visite de consultations et de coordinations sur les derniers développements dans la région, a annoncé la présidence égyptienne. 

Al Sisi est arrivé mercredi à Abu Dhabi à la rencontre du prince héritier Cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyan, et sa visite intervient « dans le contexte de la spécificité des relations égypto-émiriennes », selon ses services.

Officiellement, ce déplacement a pour but de discuter des relations bilatérales, mais il s’agit également de « consultations » et de « coordination » sur les derniers développements dans la région. Il s’inscrit surtout dans le sillage de la visite officielle du président algérien Abdelmadjid Tebboune au Caire, qui a duré 48 heures et qui s’est terminée à peine quelques heures avant.

« La phase actuelle nécessite de faire face aux tentatives de déstabilisation de la sécurité et de la stabilité des pays arabes », a indiqué le communiqué de la présidence égyptienne

Le président algérien ainsi que sa diplomatie ont multiplié les déplacements afin de convaincre les Etats arabes de venir à Alger pour le Sommet de la Ligue arabe. Les pays membres de l’organisation doutent fortement des bonnes intentions du régime algérien.

Alors que les pays du Golfe ont ouvert une nouvelle page d’entente et de paix avec Israël, du côté de l’Algérie, les critiques ont fusé. Ces derniers mois, le pays maghrébin a multiplié les attaques incendiaires visant les pays ayant normalisé leurs relations avec l’Etat hébreu, et se pose en « principal » soutien des Palestiniens, adoptant une logique de camp adverse.

Face à la réticence des pays les plus influents au sein de la Ligue arabe à répondre favorablement à l’invitation de l’Algérie, l’organisation arabe a dû se rendre à Alger pour annoncer le report du Sommet prévu initialement en mars, sans préciser de nouvelle date.

La Ligue a également annoncé que ce seront les Etats membres qui décideront du programme du Sommet en avril, au moment où en novembre, le président algérien avait présenté sa feuille de route pour cette rencontre.

En difficulté, l’Algérie qui cherchait à redorer son blason en organisant cet événement, risque de perdre cette opportunité et de surcroit se risque à une humiliation publique.

Les Etats arabes ont des doutes sur la capacité de l’Algérie à représenter l’esprit d’ »union arabe » recherché par la Ligue, surtout après les attaques contre les pays ayant normalisé leur relations avec Israël et après avoir rompu ses relations diplomatiques avec son voisin, le Maroc, tout en refusant toutes les propositions de médiations des pays arabes.

Après avoir échoué à convaincre les Emirats arabes unis, le président algérien a dû se déplacer en Egypte, pays où se trouve le siège de la Ligue arabe, afin de le convaincre d’aller plaider sa cause. Il aura fallu 2 jours de négociations, d’ententes sur des sujets de divergences, pour convaincre Al Sisi.

Al Sisi aux Emirats arabes unis pour plaider la cause algérienne Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page