Transport routier : Le ministère du Transport se réunira avec les syndicats pour la résolution des problèmes en suspens

Pandémie, fermeture des villes, interdiction de déplacements intervilles sans autorisation exceptionnelle, hausse du prix des carburants… les professionnels de transport routier ont fait face à plusieurs difficultés depuis le début de la pandémie en 2020. Dans ce sens, le ministère de l’Équipement du Transport et de la Logistique s’apprête à organiser une série de réunions avec les représentants des professionnels du secteur afin de trouver des solutions appropriées à un certain nombre de questions en suspens. 

Comme promis en décembre, le ministère de l’Équipement du Transport et de la Logistique a informé les syndicats du secteur du transport routier qu’une réunion se tiendrait avec leurs représentants la semaine prochaine, a révélé à Hespress, Mounir Benazzouz, secrétaire général du Syndicat national des professionnels du transport routier, affilié à la Confédération démocratique du travail (CDT).

Cette initiative intervient après que quatre syndicats ont adressé une lettre au ministre des Transports et de la Logistique, Mohamed Abdeljalil, afin de les distinguer du reste des autres corps, notamment les associations.

« La présence des syndicats les plus représentatifs, ainsi que certaines associations situées dans des zones très limitées, n’est pas juste », a estimé Benazzouz, notant que le ministère a répondu à leur demande et a décidé de recevoir les syndicats les plus représentatifs du secteur.

La réunion prévue la semaine prochaine, à laquelle devrait assister le secrétaire général du ministère des Transports et de la Logistique, « abordera un certain nombre de sujets, dont la surcharge et la carte professionnelle, et permettra de trouver une solution au problème des prix élevés du carburant ».

Lors d’une séance de questions orales à la Chambre des conseillers, Mohamed Abdeljalil, avait annoncé que son ministère, en collaboration avec les professionnels, va se pencher sur l’élaboration d’une feuille de route pour l’année à venir afin d’aborder les questions qui visent à faire avancer le secteur du transport routier dédié aux voyageurs interurbains.

Une première réunion a déjà eu lieu en décembre dernier, entre le ministre et les représentants du secteur du transport routier de voyageurs, au cours de laquelle l’ensemble des problèmes auxquels est confronté le secteur a été présenté, notamment les effets de la pandémie sur sa rentabilité. Les deux parties ont donc convenu lors de cette réunion, à une méthodologie d’action commune visant à moderniser ce mode de transport, améliorer les conditions sociales et favoriser les investissements.

Toujours selon le ministre du Transport, le secteur du transport routier comprend 1 743 entreprises de transport avec un parc de 2 152 véhicules dont 62 % ont moins de 15 ans, tandis que le nombre de licences délivrées s’élève à 3 495 licences, notant que ce secteur connaît un pourcentage important des déplacements interurbains estimés à 35 %.

Le responsable gouvernemental a révélé que le ministère s’appuie actuellement sur une approche participative visant à qualifier les acteurs du secteur et à mener des réformes structurelles et institutionnelles, tout en préservant les acquis et en tenant compte de la nécessité d’adapter les exigences légales et réglementaires aux évolutions que connaît notre pays, en plus d’assurer la pérennité des services de transport, la qualité et l’offre, maintenir la sécurité routière et assurer l’intégration de tous les types de transport de voyageurs.

Transport routier : Le ministère du Transport se réunira avec les syndicats pour la résolution des problèmes en suspens Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page