Ryanair au Maroc : Partira, partira pas?

Ryanair va-t-elle quitter le Maroc? Selon des informations révélées par Maghreb Intelligence, la compagnie aérienne low-cost aurait l’intention de se retirer du Royaume. Cependant, le programme estival du géant irlandais suggère le contraire.

Partira, partira pas? Entre Ryanair et le Maroc, la situation semble être plus que flou, après les informations de Maghreb Intelligence qui a rapporté l’intention de la compagnie irlandaise de se retirer indéfiniment du Maroc à partir de mai prochain.

Les sources ont cité des relations tendues entre la direction de Ryanair et les autorités marocaines à propos des fermetures consécutives de frontières depuis que la pandémie qui a frappé le pays en 2020.

« Un manque de clarté et de communication de la part des autorités marocaines sur ce à quoi s’attendre au-delà de leur décision initiale d’interdire les voyages le 13 décembre », ont déclaré les sources.

Ryanair n’a pas publié de déclarations pour confirmer les affirmations. Mais sa haute direction a revendiqué plus de 16 000 de ses clients et 230 000 passagers ont été confrontés à des perturbations dans leurs projets de voyage vers le Maroc, nuisant à l’image de l’entreprise.

Le conseil d’administration de Ryanair a déclaré fin décembre que l’émergence d’Omicron et les restrictions gouvernementales dans le monde avaient entraîné une baisse de capacité de 33 % en janvier, une période généralement chargée pour les compagnies aériennes.

« L’impact de ces récentes restrictions gouvernementales sur les voyages, en particulier l’interdiction le week-end dernier des arrivées du Royaume-Uni en France et en Allemagne, et la suspension de tous les vols de l’UE à destination / en provenance du Maroc ont fait baisser le trafic prévu de Ryanair en décembre entre 10 et 11 m, à une fourchette inférieure. entre 9,0 m et 9,5 m », a déclaré la société dans un communiqué.

La société a déclaré qu’à la suite de ces nouveaux développements de Covid, ses prévisions de trafic pour l’année complète seront inférieures à 100 millions de passagers, et la perte nette attendue pour l’année complète (fin le 31 mars 2022) devrait se situer dans une nouvelle fourchette de € 250 à 450 millions d’euros.

« Le variant Omicron du Covid et les récentes restrictions aux voyages à travers l’Europe ont considérablement affaibli nos réservations pour Noël et le jour de l’An », avait expliqué la compagnie.

« Ce ralentissement soudain a amené Ryanair cette semaine à couper sa capacité de transport prévue de 33 % », ajoute-t-elle en avertissant que « ces chiffres sont extrêmement sensibles à toute nouvelle information positive ou négative sur le Covid ».

Cependant, le Maroc reste sur les plans d’été 2022 de Ryanair qui a programmé des vols vers Marrakech et un nouveau service vers Agadir sur son horaire d’été 2022 depuis Dublin, contredisant ainsi le rapport de Maghreb Intelligence selon lequel la compagnie aérienne irlandaise a l’intention de se retirer indéfiniment du Maroc à partir de mai.

Son programme de vols été 2022 au départ de Dublin annoncé le 20 janvier inclut Marrakech, ainsi qu’une nouvelle route vers Agadir. Les deux routes marocaines comptent parmi 120 destinations et plus de 900 vols hebdomadaires opérés par Ryanair cet été au départ de Dublin.

En novembre, Ryanair avait annoncé qu’elle ouvrirait une nouvelle base à Agadir et y stationnerait deux avions, signifiant son « engagement envers le Maroc » et « sa capacité à reconstruire l’industrie marocaine du tourisme« . Elle exploitera 30 lignes, dont 20 nouvelles, d’Agadir vers l’Europe.

Auparavant, Ryanair avait accusé le ministère portugais des Infrastructures et l’autorité de l’aviation civile du pays (Autoridade Nacional da Aviação Civil – ANAC) de l’empêcher d’ouvrir trois nouvelles liaisons de Lisbonne vers le Maroc, ce qui avait entraîné l’annulation de plusieurs vols depuis le 31 octobre 2021.

Ryanair au Maroc : Partira, partira pas? Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page