ALE Maroc-Tunisie: Le département de Ryad Mezzour justifie des « ajustements » qui n’auront aucun impact

Le ministère de l’Industrie et du Commerce a nié vouloir réviser tout l’ALE Maroc-Tunisie, et a indiqué vouloir seulement faire des « ajustements ». Le patronnât tunisien avait montré sa désapprobation et refusé une quelconque révision de l’ALE.

Dans une circulaire, l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) a modifié quelques paramètres du contenu de l’ALE Maroc-Tunisie. Parmi ces ajustements figurent 18 produits dont des poudres et explosifs, des matières inflammables, des tapis et de la friperie, qui seront exclus du démantèlement tarifaire.

La modification inclut aussi l’introduction d’une nouvelle liste de produits tunisiens qui seront soumis à une taxe unique de 17,5 %, notamment pour le jus de citron, des boissons non alcoolisées, des pneumatiques, boissons chocolatées, des poissons fumés, crustacés et mollusques, cuirs et peaux préparées…

Ce deuxième ajustement a pour objectif surtout de créer un certain équilibre dans la balance commerciale entre les deux pays étant donné qu’elle est deux fois plus importante et favorable à la Tunisie, avec un volume d’export de 708 millions de dinars soit 2,28 milliards de dirhams contre 370 millions de dinars en termes exportations marocaines équivalant à 1,19 milliard de dirhams.

D’autre part, il s’agit aussi de protéger des secteurs similaires au Maroc, de production locale, qui souffrent déjà des effets de la pandémie du coronavirus, cela dans le but de préserver des emplois menacés.

Les mesures ne concernent pas uniquement la Tunisie, elles ont également visé des produits en Egypte, notamment le textile, des poudres et explosifs, matières inflammables, des pneumatiques, la friperie et le fer à béton ainsi que les voitures.

Le département de Ryad Mezzour estime qu’il s’agit seulement d’un « ajustement tarifaire » et qu’il n’aura pas d’impact sur le flux commercial entre les deux pays, il rassure que ces modifications ne changeront pas le traitement préférentiel des produits tunisiens ou marocains en vertu de l’ALE entre les deux pays.

Et d’estimer qu’il s’agit seulement d’une « mise à jour » du tarif douanier marocain au niveau des droits d’importation, afin qu’ils soient en règle avec les recommandations de l’Organisation mondiale des Douanes (OMD).

Le ministère explique, en outre, que les modifications ont eu des répercussions sur les codifications douanières figurant sur les listes annexées à l’ALE bilatéral Maroc-Tunisie, et l’Administration des douanes et impôts indirects a actualisé ces listes qui n’auront « aucun » impact sur les échanges commerciaux entre Rabat et Tunis.

Outre l’ALE Maroc-Tunisie, les échanges commerciaux préférentiels du Maroc avec la Tunisie sont également régis par l’Accord instituant la Grande Zone de Libre Echange Arabe (Ligue Arabe) et l’Accord d’Agadir, et ceux-ci n’incluent aucune liste négative de produits échangés entre leurs pays membres, ajoute le ministère.

« La décision des autorités marocaines porte un coup dur pour les exportateurs tunisiens et le partenariat entre les deux pays », a déclaré Maher Ben Aissa, vice-président de la Chambre nationale des sociétés de commerce international qui fait partie de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica).

Ce dernier avait alors indiqué que « le rêve du grand Maghreb et du grand marché maghrébin s’évapore jour après jour », dans son intervention lors de l’émission de la radio tunisienne Express FM.

ALE Maroc-Tunisie: Le département de Ryad Mezzour justifie des « ajustements » qui n’auront aucun impact Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page