Logement: L’Espagne face à la baisse des acheteurs

Les Espagnols accèdent de moins en moins à la propriété ces dernières années. Une baisse de plus de 4% en l’espace de 5 ans selon les statistiques et ce sont les jeunes qui achètent moins à cause d’une situation financière instable.

Connu pour être un pays de propriétaires et pas de locataires, l’Espagne se transforme petit à petit et voit croitre le nombre de locataire et baisser celui des propriétaire, témoignant d’un changement de mode de vie chez les Espagnols, surtout les jeunes.

Selon les données les plus récentes de l’Office statistique européen (Eurostat), le pourcentage de propriétaires en Espagne est passé de 79,8 % en 2010 à 75,1 % de la population en 2020 , soit 4,7 points de pourcentage de moins.

Au niveau des locations, c’est le contraire qui s’est passé avec une augmentation de 4%, en passant de 20,2 % à 24,9 % sur la même période.

Toutefois l’Espagne reste loin de la moyenne de l’Union européenne tirée par l’Allemagne où les locataires sont beaucoup plus nombreux que les propriétaires. La moyenne de l’UE se situe autour de 30%, 49% en Allemagne, et 46% en France.

Cette tendance s’explique par plusieurs raisons, notamment un changement de mentalité chez les Européens qui ne font plus la course à la propriété, mais surtout la difficulté pour les jeunes de devenir propriétaires d’un logement.

D’une part, il y a des raisons de flexibilité et la rapidité offertes par le loyer s’inscrivent dans une mobilité géographique croissante et des projets de vie qui peuvent s’inscrire dans une logique d’opportunités et d’offres d’emploi mondiales.

D’autre part, les Espagnols subissent l’augmentation des loyers mais aussi l’augmentation des prix des logements à l’achat tandis que leurs revenus eux, restent limités voire précaires pour certaines catégories d’âges, mais également une précarité de l’emploi instable qui ne permet pas aux jeunes de se projeter dans un projet d’achat.

Les experts pointent du doigt l’incapacité des jeunes à accéder à un logement et à acheter en raison de la difficulté à générer suffisamment d’économies, et les chiffres le démontrent, le pourcentage de jeunes propriétaires est passé de 35 % en 2019 à 27 % en 2021, selon les données traitées par Fotocasa Research.

Il existe plusieurs problèmes structurels qui, selon la Société d’évaluation (ST), cité par La Razon, et expliquent les difficultés des jeunes à réaliser l’épargne qui leur permettra d’accéder à la propriété. En premier lieu, l’évaluateur pointe le chômage élevé des jeunes, autour de 37%, selon l’INE,

A cela s’ajoute « la persistance de conditions salariales peu satisfaisantes et qui rendraient difficile la constitution de l’épargne nécessaire pour accéder à un premier logement », selon ST, cela s’explique par des rémunérations basse pour certaines tranches d’âge. Plus d’un tiers de ceux qui ont entre 25 et 34 ans ont un revenu inférieur à 1 300 euros bruts par mois, et seulement 20 % au-dessus de 2 300 euros, en plus d’un taux d’intérim de 48% chez les moins de 30 ans.

Logement: L’Espagne face à la baisse des acheteurs Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page