Covid-19 : le variant Omicron « reste un virus dangereux », alerte l’OMS

Le variant Omicron « reste un virus dangereux », et particulièrement pour ceux qui n’ont pas été vaccinés contre le Covid-19, a déclaré l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’OMS a déclaré que l’énorme pic mondial de cas était provoqué par Omicron, mais a insisté sur le fait qu’il ne devrait pas y avoir de capitulation face au variant émergent.

Le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, souhaitait que chaque pays fasse vacciner 10 % de sa population d’ici la fin septembre 2021, 40 % d’ici la fin décembre et 70 % d’ici la mi-2022.

Mais 90 pays n’avaient toujours pas atteint les 40 pour cent, 36 d’entre eux encore en dessous de la barre des 10 pour cent, a-t-il déclaré.

Ses symptômes, moins sévères que ceux provoqués par Delta, en particulier pour les personnes totalement vaccinées et qui ont eu une dose de rappel, incitent certains à y voir désormais une maladie bénigne. Mais, prévient Tedros Adhanom Ghebreyesus, « plus de transmissions, cela veut dire plus d’hospitalisations, plus de morts, plus de gens qui ne peuvent pas travailler, y compris des enseignants et des personnels de santé, et plus de risques qu’un autre variant émerge qui sera encore plus transmissible et plus mortel qu’Omicron ».

« Nous ne devons pas laisser ce virus circuler librement ou agiter le drapeau blanc, surtout alors que tant de personnes dans le monde ne sont pas vaccinées », a-t-il ajouté.

Bien que les vaccins restent très efficaces pour prévenir la mort et la maladie grave du COVID-19, ils n’empêchent pas complètement la transmission, a déclaré le Dr Tedros.

« Plus de transmission signifie plus d’hospitalisations, plus de décès, plus de personnes en arrêt de travail – y compris les enseignants et les agents de santé – et plus de risque d’émergence d’une autre variante encore plus transmissible et plus mortelle qu’Omicron », précise-t-il.

Le Dr Tedros souhaitait que chaque pays fasse vacciner 10 % de sa population d’ici la fin septembre 2021, 40 % d’ici la fin décembre et 70 % d’ici la mi-2022.

Mais 90 pays n’ont toujours pas atteint les 40 pour cent – dont 36 d’entre eux encore en deçà de la barre des 10 pour cent, a-t-il déclaré.

« En Afrique, plus de 85 % des personnes n’ont pas encore reçu une seule dose de vaccin. Nous ne pouvons pas mettre fin à la phase aiguë de la pandémie à moins de combler cet écart », a déclaré le Dr Tedros.

Les pays les plus riches ont rendu la tâche « trois fois plus difficile » aux pays à faible revenu affamés de doses en exportant de la désinformation plutôt que des vaccins, a déclaré Bruce Aylward, le leader de l’OMS sur l’accès aux outils de lutte contre les coronavirus.

Covid-19 : le variant Omicron « reste un virus dangereux », alerte l’OMS Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page