Maroc: Un déficit budgétaire de 6,7% prévu en 2021

Le déficit budgétaire du Maroc devrait reculer à 6,7% du produit intérieur brut (PIB) en 2021, selon les prévisions de la Banque mondiale (BM).

« Le déficit budgétaire devrait diminuer progressivement, permettant au ratio de la dette par rapport au PIB de se stabiliser à moyen terme », précise la Banque mondiale dans son dernier rapport de suivi de la situation économique au Maroc.

Cette amélioration est soutenue par le redressement attendu des impôts indirects, qui devraient compenser les dépenses croissantes liées à la masse salariale et aux subventions au gaz de pétrole liquéfié, ajoute la même source.

De 2022 à 2024, le déficit budgétaire devrait continuer de se résorber, du fait du redressement des recettes fiscales et de la modération des dépenses publiques, permettant au ratio dette/PIB de se stabiliser puis diminuer.

Les besoins de financements bruts du Trésor devraient également se stabiliser d’ici 2024 et atteindre en moyenne 16,5 % du PIB par an, contre 20,1% du PIB en 2020.

Par ailleurs, le déficit du compte courant devrait augmenter à 3,7 % en 2021, puis progressivement diminuer d’ici 2024, précise le rapport, notant qu’ »à mesure que l’impact économique du choc se dissipe, les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devraient se stabiliser progressivement et retrouver leur tendance antérieure à la pandémie, de même que les flux nets des investissements directs étrangers (IDE), qui continueront à couvrir une partie substantielle des besoins de financement extérieur du Maroc ».

Le bon accès du gouvernement marocain aux prêts bilatéraux et multilatéraux et aux marchés financiers internationaux contribuera également à financer l’économie, et à maintenir les réserves internationales à un niveau confortable, fait observer le rapport.

Maroc: Un déficit budgétaire de 6,7% prévu en 2021 Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page