Omicron : Selon l’OMS, plus de 50% des Européens seront infectés d’ici 2 mois

Plus de la moitié de la population européenne devrait être infectée par la variante du coronavirus omicron dans les six à huit prochaines semaines, a déclaré le plus haut responsable européen de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’Europe a vu plus de 7 millions de nouveaux cas de COVID-19 signalés au cours de la première semaine de 2022, ce qui a plus que doublé sur une période de deux semaines, a déclaré le directeur de l’OMS pour l’Europe, Hans Kluge, lors d’un point de presse.

« À ce rythme, l’Institute for Health Metrics and Evaluation prévoit que plus de 50 % de la population de la région sera infectée par l’omicron au cours des 6 à 8 prochaines semaines « , a déclaré Kluge.

Il a ajouté que « l’ampleur sans précédent de la transmission » alimentée par la propagation de cette variante hautement transmissible déclenche une augmentation des admissions à l’hôpital, ce qui met à l’épreuve les systèmes de santé à travers le continent.

La mortalité, quant à elle, reste stable puisque les taux de mortalité liés à Omicron semblent plus faibles qu’avec les souches précédentes. Cependant, les décès continuent d’être élevés dans les pays avec le plus grand nombre d’infections et une faible vaccination.

Néanmoins, les vaccins approuvés existants continuent d’offrir une bonne protection contre les maladies graves et la mort, y compris contre Omicron, a déclaré Kluge.

Kluge a déclaré qu’il était « profondément préoccupé » par le fait qu’Omicron se déplace vers l’est « où les niveaux de vaccination sont plus faibles et où nous verrons une maladie plus grave chez les non vaccinés ».

Il a ajouté que les pays où la poussée d’Omicron a déjà commencé devraient essayer de minimiser les perturbations des systèmes de santé et des services essentiels.

« Cela signifie donner la priorité aux personnes vulnérables pour le cours primaire et les doses de rappel, leur conseiller d’éviter les espaces fermés et surpeuplés et offrir la possibilité de travailler à distance dans la mesure du possible jusqu’à ce que la flambée d’infection passe », a-t-il déclaré.

Il a également fait valoir qu’il serait nécessaire d’intensifier les soins primaires et que les tests PCR devraient être prioritaires pour les personnes à risque de développer une maladie grave, les travailleurs de la santé et d’autres travailleurs critiques ainsi que les patients hospitalisés dans des établissements de santé ou des établissements de soins de longue durée.

Alors que de nombreux pays de l’UE et au-delà s’orientent vers des périodes de quarantaine et d’isolement plus courtes, Kluge a déclaré qu’une telle décision ne devrait être prise « que lorsqu’elle est considérée comme essentielle pour préserver la continuité du service critique », et en combinaison avec des tests Covid-19 négatifs.

« Toute décision en ce sens doit être prise en pesant soigneusement les risques et les avantages de le faire », a-t-il averti.

Dans l’UE, la période d’isolement varie de sept à 14 jours, selon le pays et la gravité des symptômes développés par le patient.

Omicron : Selon l’OMS, plus de 50% des Européens seront infectés d’ici 2 mois Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page