Ambassadeur du Kazakhstan à Rabat: Le pays subit une agression terroriste armée

L’Ambassadrice du Kazakhstan au Maroc, Saulekul Saylaukyzy, a donné ce lundi 10 janvier, une conférence de presse, articulée autour de la situation dans son pays. Selon la diplomate, le Kazakhstan « a fait l’objet d’une agression armée caractérisée par des groupes terroristes bien coordonnés et entraînés à l’étranger, qui ont tenté de s’emparer du pouvoir au Kazakhstan« .

La diplomate a expliqué, lors de cette rencontre avec la presse que « les manifestations dans l’ouest du Kazakhstan étaient initialement pacifiques et soulevaient des revendications de nature sociale sans plus et que les participants aux émeutes de masse qui ont suivi n’ont pas formulé des revendications économiques ou même politiques spécifiques ».

« Les citoyens qui soutiennent les mesures du président Kassem Jomart pour rétablir l’ordre et la paix, se sont en composés équipes et milices populaires pour protéger les équipements et bien sociaux au Kazakhstan« , a-t-elle dit, notant qu’il a été avéré que des personnes parmi les manifestants «ont l’expérience de la participation au combat dans des points chauds du Globe aux côtés de groupes islamiques extrémistes ».

Saulekul Saylaukyzy a en outre estimé que si « des groupes terroristes ont émergé en raison de l’activation des soi-disant +cellules dormantes+, c’est parce que les forces de l’ordre du Kazakhstan n’étaient pas préparées à des attaques aussi massives, simultanées et coordonnées dans différentes régions du pays ».

« Les assaillants n’avaient pas l’intention de négocier avec les autorités, mais visaient plutôt à renverser le système constitutionnel par la force », a-t-elle assuré.

Photo Mounir Mehimdate

Le 6 janvier dernier, rappelle-t-on, le président a ordonné une vaste opération antiterroriste dans le pays, visant à éliminer les menaces terroristes à la sécurité nationale et à protéger les vies et les biens  des citoyens du Kazakhstan. Aussi l’Exécutif a été contraint de faire appel aux Etats membres de l’Organisation du traité de sécurité collective.

« Nous défendons notre démocratie et notre constitution contre les extrémistes islamiques et les terroristes« , a martelé la diplomate, relevant que « toutes les personnes précédemment arrêtées lors d’actions de protestation non autorisées mais pacifiques ont été libérées« .

Tout a débuté le 2 janvier 2022, quand des manifestations contre l’augmentation des prix de détail du gaz liquéfié ont eu lieu dans la région de Mangisitau, dans l’ouest du Kazakhstan. Ils ont exigé une réduction des prix du gaz ou tout au moins les ramener à leur niveau précédent et revendiquaient entre autres la résolution d’un certain nombre de problèmes sociaux et économiques touchant la population.

Le Président et le Gouvernement de la République ont répondu à le demande citoyenne en prenant des mesures de réduction des prix du gaz, et en interdisant l’’augmentation des prix des produits alimentaires de base, du carburant, des lubrifiants, et des services publics. Après que les revendications des manifestants de la région de Mangistau aient été satisfaites, d’autres mouvements ont éclaté à travers les grandes villes du pays.

Photo Mounir Mehimdate

Selon Saulekul Saylaukyzy, le Président Kassem Jomart a demandé au Gouvernement kazakhstanais et aux autorités locales de trouver des solutions pacifiques aux problèmes, en dialoguant avec toutes les parties concernées, sur la base du respect des citoyens et de leurs libertés.

« Ces mesures témoignaient d’une volonté politique claire à des fins de résoudre les différends par le dialogue », a dit la diplomate, selon qui cela « confirme l’attachement des autorités au concept d’un Etat à l’écoute ».

Malheureusement, a-t-elle ajouté, « les manifestations dans un certain nombre de grandes villes ont été utilisées par des groupes terroristes, extrémistes et criminels pour exploiter la situation et aggraver les actes de violence. Malgré les mesures prises, une nouvelle escalade de la violence a été causée par des attaques armées à grande échelle contre des institutions administratives, des postes de police, des bases militaires et des civils.

Photo Mounir Mehimdate

Et de conclure que « des terroristes se sont emparés de la mairie, du siège local du président de la République du Kazakhstan et des services de police, la ville, le parquet et les studios de plusieurs sociétés de télévision et de radio. Ils ont également pris le contrôle de l’aéroport international d’Almaty, où se trouvaient des avions de compagnies aériennes nationales et étrangères avec des passagers à bord »

Ambassadeur du Kazakhstan à Rabat: Le pays subit une agression terroriste armée Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page