UFOM : Hamid Chabat et son nouveau syndicat

Un nouveau syndicat voit le jour au Maroc. Il s’agit de l’Union des forces ouvrières au Maroc (UFOM), bras syndical du parti du Front des Forces démocratiques (FFD), dont le président n’est autre que Hamid Chabat, ex-Secrétaire général du parti de l’Istiqlal, mais aussi, ancien dirigeant de l’Union générale des travailleurs au Maroc (UGTM) de 2009-2012.

Lors de son congrès constitutif, tenu dimanche 9 janvier, le conseiller communal du FFD à Fès, Hamid Chabat, a été élu à l’unanimité président de l’UFOM. Ayant dirigé ce projet depuis son début, Chabat a également assuré la présidence du comité préparatoire du congrès.

«Nous étions tous convaincus, après des mois de réflexion, que le pays a besoin d’une nouvelle enseigne syndicale, de manière qui, nous l’espérons, impliquera l’innovation, la participation et le travail jour et nuit», a déclaré dans son allocution, l’ancien maire de Fès Hamid Chabat, notant que les problèmes de la classe ouvrière et du peuple marocains sont nombreux et variés, à leur tête le chômage.

D’après le conseiller communal du FFD, le nouveau syndicat « n’est pas affilié au Front des forces démocratiques, mais ils s’unissent pour défendre la classe ouvrière». Le nouveau syndicat «aspire à coopérer avec divers syndicats dans l’intérêt de la classe ouvrière», a-t-il dit

« Si vous ne faites pas de politique, elle sera pratiquée sur vous. Et nous en avons besoin», a estimé Hamid Chabat, appelant par la même occasion le gouvernement à sortir la loi sur les syndicats. « Cela fait 70 ans que nous n’avons pas de loi sur les syndicats. Nous devons avoir cette loi», a-t-il affirmé.

Toujours lors de son allocution, Hamid Chabat n’a pas manqué d’émettre des critiques à l’égard du gouvernement d’Aziz Akhannouch, déclarant que « le modèle de développement est dans le vent, car jusqu’à présent nous n’entendons que des problèmes» ou encore que « le budget établi par le gouvernement n’est pas en accord avec ses slogans brandis tout au long de la campagne électorale laissant le citoyen rêver ». 

N’ayant toujours pas digéré d’être « banni » du parti qu’il a dirigé pendant 7 ans (2012-2017), Hamid Chabat n’a pas manqué d’adresser un message à ses anciens camarades de l’Istiqlal, estimant que « la politique fondée sur l’expulsion des militants qui ont passé des années à lutter avec vous et leur remplacement par d’autres, n’est pas convenable ».

UFOM : Hamid Chabat et son nouveau syndicat Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page