DGSN : Une institution de plus en plus ouverte et proche de son environnement

Depuis plusieurs années déjà, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a fait de la communication son cheval de bataille. Afin de garantir l’implication de tous les acteurs au renforcement de la sécurité, la direction conduite par Abdellatif Hammouchi, est devenue de plus en plus ouverte aux citoyens, notamment sur les réseaux sociaux, mais aussi à la presse. 

En cette fin d’année, la DGSN a livré son bilan au titre de 2021, où la communication institutionnelle et l’ouverture sur les médias et la société civile occupent la plus grande place. Une volonté de la DGSN d’être «plus transparente » dans ses activités et plus proche du citoyen et de ses préoccupations sécuritaires, nous affirme, dans une interview exclusive, Amal Berkia, Responsable administrative de la revue trimestrielle de la DGSN, « Police » et Commissaire principale à la DGSN.

Ainsi, l’année 2021, à l’instar des précédentes, a été marquée par la poursuite de l’élan de modernisation dynamique et de transformation profonde de l’institution sécuritaire sous le leadership du Directeur du pôle DGSN-DGST, Abdellatif Hammouchi, nous indique Amal Berkia.

Rencontres  avec la société civile et activités de com

Dans le cadre de la proximité et de la production partagée de la sécurité, les services de la sécurité publique dans les différentes régions du Royaume ont pu maintenir le contact avec la population au niveau local et fructifier le dialogue avec les différentes composantes de la société civile, via des rencontres régulières dont le nombre a frôlé les 14 000. Le but étant « d’écouter le public, s’enquérir de ses doléances et préoccupations et trouver ensemble dans une parfaite synergie, des solutions aux problèmes soulevés », souligne la responsable de la revue.

De plus, les services de police chargés des médias ont réalisé quelque 4 463 activités de communication, dont 2 340 couvertures médiatiques au profit des médias nationaux, des chaînes et agences de presse étrangères et des sociétés de production cinématographique, fait savoir la DGSN dans son bilan 2021.

Une centaine de mises au point de la DGSN ont, également, été publiée afin d’apporter des éclairages et édifier la population, en plus de 1 000 communiqués de presse et 500 posts sur le compte Twitter de la DGSN, nous détaille Amal Berkia.

Pandémie, faux pass et tests, la DGSN prend les choses en main

Depuis le début de la pandémie du Covid-19, et alors que les citoyens étaient en sécurité chez eux en famille, les services de la DGSN ont réalisé un travail titanesque, pour assurer le bon déroulement de la période du confinement et sensibiliser les citoyens sur les dangers de ce virus.

Ce contexte pandémique a ainsi constitué « une opportunité pour certains criminels qui se sont adonnés à de nouvelles formes de criminalité menaçant la santé des citoyens et annihilant les efforts colossaux déployés par notre pays pour endiguer la propagation de la pandémie« , a relevé Amal Berkia.

Parmi ces nouvelles formes de criminalité, la Commissaire principale à la DGSN a cité la fraude et la contrefaçon des pass vaccinaux et des résultats des tests PCR ainsi que la contrebande des tests rapides de dépistage de la Covid-19.

Pour lutter contre ces phénomènes, « la DGSN, via sa Cellule Centrale de Communication, s’est jointe aux efforts nationaux en élaborant un plan de communication adapté afin de sensibiliser sur le danger que représentent ces phénomènes et informer sur les mesures adoptées et les efforts déployés en ce sens« , nous explique la responsable, notant qu’une cinquantaine de communiqués ont été publiés sur les indicateurs de cette forme nouvelle de criminalité, ainsi que des reportages et des plateaux TV.

Une action étendue aux réseaux sociaux

Toujours dans cet élan de modernisation et d’ouverture, et en plus des vecteurs classiques de communication, la Direction d’Abdellatif Hammouchi a poursuivi son action sur les réseaux sociaux, par la création quotidienne d’un contenu digital adapté, d’images et d’infographies pour accompagner les divers chantiers menés par la DGSN.

« C’est ainsi qu’aussi bien pour Twitter que Facebook, le nombre de followers a connu une progression continue et exponentielle chaque année », souligne fièrement Amal Berkia.

Ainsi, le compte Twitter de la DGSN compte désormais 317.000 abonnées avec une hausse de 40% par rapport à 2020, nous indique la responsable, tandis que la page Facebook de la DSGN affiche quelque 280.000 abonnées, contre 191.000 en 2020.

Police : Une revue pour accompagner les grands chantiers de la DGSN

En 1960, quelques années seulement après l’indépendance du Royaume, la DGSN a créé sa propre revue et informé les citoyens de ses actions. Alors qu’elle n’était disponible que sur papier à l’époque, aujourd’hui, 60 ans après, la revue est disponible en format papier, mais aussi en ligne sur les systèmes Android et IOS, nous indique Amal Berkia.

D’après la responsable de la revue qui travaille aux côtés d’un photographe et d’un infographiste pour la conception du magazine, la ligne éditoriale de la revue est « consacrée à des thématiques d’actualité afin d’accompagner et valoriser les grands chantiers de modernisation menés par la DGSN, tout en traduisant son engagement infaillible pour la protection des personnes et des biens, le maintien de l’ordre public et l’amélioration soutenue des prestations offertes aux citoyens ».

Sur l’application mobile, trois numéros thématiques (39, 49, 41) ont été publiés, nous explique Amal Berkia. Il s’agit de la revue n° 39, qui a été consacrée à la police dans la zone Sud et les efforts de modernisation structurelle, humaine et technologique des services de police au niveau de cette zone stratégique, le numéro 40 qui a été consacré aux grands chantiers de modernisation entamés depuis 2015, et qui ont entraîné une transformation profonde de la doctrine et de la pratique policière, explique la responsable.

Puis le numéro 41 qui a mis en avant le savoir-faire de la DGSN, reconnu au niveau international, dans le domaine de la gestion sécuritaire des grands évènements à portée internationale, faisant de la sécurité un prérequis fondamental pour abriter ce genre de manifestations, a-t-elle souligné.

Quant au nouveau numéro 42 de la revue qui sera publié incessamment (2022), il a été consacré à une thématique d’actualité, à savoir la cybersécurité et les nouveaux défis du cyberspace, nous confie Amal Berkia.

Pour conclure, la responsable de la revue « Police » a noté que la communication institutionnelle est aujourd’hui « une fonction ancrée dans le quotidien des policiers, qui se modernise et se consolide chaque année, prônant l’image d’une police transparente et surtout citoyenne au service du citoyen ». Il s’agit également de la volonté de la DGSN de « renforcer les liens de proximité et de confiance avec la population, que nous servons avec honneur et abnégation et fidèles à notre devise : Dieu, La Patrie, Le Roi », met-elle en avant.

DGSN : Une institution de plus en plus ouverte et proche de son environnement Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page