Elections en Libye: 5 pays occidentaux appellent à fixer une nouvelle date

Alors que devait avoir lieu l’élection présidentielle en Libye ce vendredi 24 décembre, et face à son report par les autorités libyennes, 5 pays occidentaux ont appelé à établir une date fixe pour les prochaines échéances électorales. 

Les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie appelé dans un communiqué commun à ce qu’une date précise soit annoncée pour la tenue du scrutin présidentiel, au moment où des doutes sur sa tenue ont été exprimés par des observateurs.

« Nous appelons les autorités libyennes compétentes à respecter les aspirations du peuple libyen à des élections rapides en fixant rapidement une date finale pour le scrutin et en publiant sans délai la liste définitive des candidats à la présidence », ont déclaré les cinq pays.

Si la Haute commission électorale (HNEC) a proposé de reporter d’un mois, au 24 janvier 2022 les élections dans le pays, certains observateurs estiment que la détérioration de la stabilité, difficilement acquise et issue d’un long processus onusien impliquant différents pays amis et neutres, pourrait reporter à une date incertaine cette échéance.

Pour certains, il s’agit également d’une ruse pour ne pas respecter le souhait des Libyens, et de leur imposer un nouveau gouvernement de transition. Dans leur communiqué, les 5 pays, ont insisté sur l’importance que l’élan démocratique et le processus onusien visant à sortir le pays de la crise « soit maintenu ».

Et d’estimer que seul un gouvernement élu pourra aider à « renforcer l’indépendance, la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’unité nationale de la Libye » qui a traversé la guerre, l’instabilité depuis 10 ans suite à la chute du dictateur Mouammar Kadhafi.

Les 5 pays réitèrent leur appel à ce que les « différends sur les questions politiques ou militaires » se règlent « sans recours à la violence », se disant « prêts à demander des comptes à ceux qui menacent la stabilité ou minent le processus politique et électoral par la violence ou l’incitation à la violence ».

Le processus électoral a été entaché par plusieurs événements, dont la présence de miliciens dans la capitale et le rejet de la candidature de Seif al-Islam Kadhafi, fils de l’ancien dirigeant libyen. Ses avocats ont été empêché par des groupes armés, d’entrer dans un tribunal pour faire appel de la décision.

Lundi, le Parlement devrait statuer sur la proposition de la proposition de la HNEC de décaler d’un mois la présidentielle. Mais face à la discorde entre le Parlement de Tobrouk (dans l’Est dirigé par le maréchal Haftar) et les autorités de Tripoli, il pourrait y avoir encore des désaccords.

Elections en Libye: 5 pays occidentaux appellent à fixer une nouvelle date Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page