Pr Ibrahimi : Omicron sera dominant au Maroc dans 4 à 5 semaines, la 3è dose est le seul espoir

Parier que le nouveau variant Omicron sera « gentil » est un pari risqué, a estimé Pr. Azzedine Ibrahimi. Dans une tribune postée sur sa page Facebook, le spécialiste est revenu sur ce nouveau variant, qui fait ravage en Europe et dans le monde, et comment y faire face. 

Convaincu que les citoyens n’en peuvent plus de ce « marathon » interminable et cauchemardesque qui est le « Covid-19« , Pr Ibrahim a appelé ses compatriotes à ne pas baisser les bras, surtout pas aujourd’hui, après tous les acquis réalisés par notre pays dans la lutte contre la pandémie.

Dans sa tribune, le directeur du laboratoire de biotechnologie de la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat et membre du Comité national scientifique et technique du Covid-19, s’est interrogé « Que savons-nous sur Omicron?« , avant de lister plusieurs mesures à prendre pour y faire face et éviter un déclin épidémiologique, qu’il estime imminent dans 4 à 5 semaines.

« Il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas sur Omicron. Mais malheureusement, toutes les informations dont nous disposons sont mauvaises, en particulier sa propagation exponentielle comme le montre les courbes de Copenhague, Londres et l’Afrique du Sud (…) En fait, peu importe désormais la source de sa présence au Maroc, on sait qu’en identifiant le premier cas, le compte à rebours de sa propagation a commencé et nous avons quatre à cinq semaines avant qu’il ne prenne le devant sur le Delta« , avance ce membre du Comité scientifique anti-covid.

Comment s’y faire face ?

En analysant ce qui se fait au niveau des pays ayant été touchés par le nouveau variant Omicron et qui nous devance dans la question, Pr. Azeddine Ibrahim a livré plusieurs recommandations à suivre pour éviter un rebond épidémiologique au Royaume.

Pour ce faire, la première chose préconisée par le spécialiste est l’accélération de la prise de la dose de rappel, qui marque le pas au Maroc. Selon Pr. Ibrahimi, la 3e dose du vaccin anti-covid et la seule capable de faire face au nouveau variant.

« Qu’on le veuille ou non, le protocole de vaccination adopté dans le monde aujourd’hui est de deux doses plus une dose de rappel. C’est la garantie d’une protection efficace contre Omicron. Il faut l’accepter comme tous les pays l’ont fait« , a-t-il dit.

Dans ce sens, le spécialiste préconise de prendre la dose de rappel quatre mois après la deuxième dose du vaccin anti-covid « comme recommandé par plusieurs pays, ce qui permettrait d’augmenter le taux de couverture au Maroc, qui ne dépasse pas 7 % de la population aujourd’hui. Chose qui ne pourra pas épargner le Maroc des dangers de ce nouveau variant« .

De même, le directeur du laboratoire de biotechnologie de la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat recommande vivement le télétravail.  Étant « surpris » de voir que certaines sociétés d’information imposent à leurs employés le travail en présentiel alors que le télétravail a fait ses preuves, Pr Ibrahimi estime que le travail en présentiel ne fera que favoriser la propagation du virus.

D’autre part, et malgré la pression subie par les familles, Pr Ibrahimi estime qu’il faut penser à « prolonger les vacances scolaires d’une semaine supplémentaire afin de gagner plus de temps pour développer une vision claire des choses et réduire le rassemblement de millions d’étudiantes et d’étudiants, ce qui va inévitablement accélérer la propagation du virus« .

Enfin, et en cas de prise de mesures restrictives par le gouvernement pour limiter la propagation du nouveau variant Omicron, Pr Ibrahimi a appelé à prendre en considération le principe de « motivation des vaccinés« . Comment ?

Conscient de la liberté de chacun de disposer de son corps, ce membre du comité scientifique anti-covid est pour la « discrimination positive » entre les vaccinés et les non-vaccinés dans la prise des mesures restrictives.

« Ce n’est pas possible, bien que je reconnaisse la liberté de chaque individu de disposer de son corps, d’assimiler les personnes volontaires à la vaccination, qui ont mis leur ego de côté, aux personnes qui ne veulent prendre aucun risque au nom de l’intérêt public. Les vaccinées devraient bénéficier d’exceptions dans toute décision restrictive. Sans langue de bois… Oui à la discrimination positive au nom de la motivation« ., a-t-il écrit.

S’agissant de la polémique sur le pass vaccinal, Pr. Ibrahim estime qu’il faut mettre un terme à ce débat sur son application ou non qui ne fait, selon lui, qu’augmenter l’ambiguïté.

« Il faut mettre un terme à cette polémique (…) Il faut être courageux, car tous les pays ont tendance à l’adopter et à le mettre en œuvre. Au final, je pense que parier qu’Omicron sera gentil est un pari risqué. Tant que nous sommes une minorité vaccinée avec la dose rappel, le danger est grand dans la lutte contre le nouveau variant. Malgré tout cela, je reste optimiste quant à nos chances dans cette confrontation, car je crois en notre intelligence collective en période de crise… « , a-t-il conclu.

Pr Ibrahimi : Omicron sera dominant au Maroc dans 4 à 5 semaines, la 3è dose est le seul espoir Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page