La faible demande de vaccination suscite des inquiétudes sur la « validité des vaccins »

Le comité scientifique de la vaccination contre le coronavirus a exprimé ses inquiétudes concernant la faible participation enregistrée au cours des derniers mois et la possibilité de compromettre le stock national de vaccins, qui est menacé d’expiration.

Le débat a surgi au sein du comité scientifique depuis l’absence de demande de vaccins quant à la validité, dépassant la déplétion donnée après que les autorités sanitaires ont atteint 13 millions de doses.

En revanche, il est prévu que le lancement officiel du projet de fabrication du nouveau vaccin anti-coronavirus, propriété de la société chinoise Sinopharm, soit donné fin décembre, au sein des laboratoires de la société  spécialisée Sensyo dans l’industrie pharmaceutique.

Les autorités cherchent, par la fabrication, à pallier le risque d’endommagement des vaccins, et à devoir à nouveau chercher des ressources financières pour faire rentrer les doses, qui se heurtent à une frénésie internationale.

Mustapha Ennaji, membre du comité scientifique de la vaccination, a noté que ce problème est fortement soulevé, notant que la date de validité des vaccins varie entre 6 mois et un mois.

Ennaji a ajouté, dans une déclaration à Hespress, que les vaccins Sinopharma et Pfizer durent 6 mois, soulignant qu’« au vu de la récente faiblesse de la fréquence de vaccination, 13 millions de doses de vaccins sont menacées ».

L’expert estime que « la logique de la vaccination s’oriente désormais vers l’utilisation des vaccins les plus proches des dommages, pour éviter une rupture de stock ».

« Si cela continue, les gens ne seront pas assurés d’être protégés, alors que le Maroc est tenu de trouver de nouvelles ressources financières pour l’acquisition de vaccins », a-t-il ajouté.

L’acquisition de vaccins contre le coronavirus émergent a coûté au Maroc environ 6 milliards et 79 millions de dirhams jusqu’à fin septembre dernier.

Ce montant a été mobilisé sur le Fonds spécial pour la gestion de la pandémie, qui a été créé en mars 2020.

Selon un bilan sur les recettes du fonds, ses ressources s’élevaient l’an dernier à environ 34 milliards de dirhams, collectées principalement sur les transferts du budget public et la contribution des partenaires institutionnels, du secteur privé et des citoyens, et ses dépenses se sont élevées à 29 milliards de dirhams pour le même an.

La faible demande de vaccination suscite des inquiétudes sur la « validité des vaccins » Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page