Omicron semble avoir un taux de réinfection plus élevé, prévient l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré que les premières données indiquent qu’Omicron, peut facilement infecter les personnes qui ont été infectées plus tôt ou vaccinées. 

« Des données émergentes en provenance d’Afrique du Sud suggèrent un risque accru de réinfection par Omicron », a déclaré aux journalistes le chef de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, ajoutant qu’« il existe également des preuves qu’Omicron provoque une maladie plus bénigne que Delta ».

Tedros a souligné que davantage de données étaient nécessaires avant de tirer des conclusions définitives, et a exhorté les pays du monde entier à renforcer leur surveillance pour aider à fournir une image plus claire du comportement d’Omicron.

Les évaluations encourageantes sont intervenues alors que l’inquiétude mondiale grandissait au sujet de la variante fortement mutée, qui a forcé des dizaines de pays à réimposer des restrictions aux frontières et a soulevé la possibilité d’un retour à des blocages économiquement punitifs.

Même s’il s’avère qu’Omicron provoque une maladie moins grave, Tedros a mis en garde contre un relâchement de la vigilance contre le virus. « Toute complaisance maintenant coûtera des vies », a-t-il averti.

La cheffe scientifique de l’OMS, la docteure Soumya Swaminathan est également revenue sur des études préliminaires parues ces derniers jours qui semblent montrer que le variant rend le vaccin de Pfizer et BioNTech moins efficace et a appelé à la plus grande prudence pour les interpréter.

« Il y a une vaste variation de la réduction de l’efficacité des anticorps qui va de 4 à 5 fois moins à 40 fois moins dans ces différentes études », qui se limitent à étudier l’effet sur les seuls anticorps « quand on sait que le système immunitaire est bien plus complexe », a-t-elle déclaré avant d’ajouter : « il est prématuré de conclure que la réduction de l’activité de neutralisation des anticorps doit résulter dans une baisse significative de l’efficacité des vaccins ».

Le nouveau variant a été découvert au cours de la dernière semaine de novembre et s’est maintenant propagée dans environ 57 pays. Aucun décès n’a été lié à ce variant et les patients se rétablissent sans hospitalisation, sans nécessiter d’oxygénothérapie.

Omicron semble avoir un taux de réinfection plus élevé, prévient l’OMS Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page