Agriculture : la production d’avocats au Maroc en progression constante

Tendance mondiale et réelle opportunité pour le secteur agricole du Maroc et d’ailleurs, l’avocat connait une progression constante de sa production dans le Royaume. Avec une projection de 100 000 tonnes à l’horizon 2026, le Maroc met actuellement sur le marché quelque entre 40 000 à 50 000 tonnes d’avocats bon an, mal an dont, 33 000 tonnes (2020/21) sont destinés à l’export principalement vers l’UE qui représente tout de même 90% des achats de ce fruit de luxe.

Le Maroc est passé  de moins de 2.000 tonnes en 2010 à près de 33.000 tonnes en 2019 devenant ainsi le troisième exportateur de l’or vert sur le Continent après le Kenya et l’Afrique du Sud. L’avocat est potentiellement reconnu comme une culture agricole rentable, voire très rentable d’où cette renommée en tant qu’« or vert ». Aussi, force est de constater, que le taux de plantation de ces arbres fruitiers a fortement augmenté au Maroc, parfois même au détriment d’autres variétés de fruits, comme les agrumes. Chaque année de plus en plus de jeunes vergers d’avocatiers apparaissent englobant ainsi plus de 7 000 hectares de plantations sur nos terres, principalement dans la région du Gharb ou 9/10ème de ce fruit est cultivé pour sa qualité de sol mais pas que, puisqu’également, le climat se prête allègrement à sa culture, les exigences de l’avocat quant à la température de sa croissance se situant entre 12,5° et 29,5° un climat que permet cette partie de la plaine atlantique du Royaume. Pour la saison en cours, la production prévisionnelle dans la région Rabat-Salé-Kénitra est estimée à 60 000 tonnes.

Cela étant, ce fruit allèche les investisseurs et à cet effet, la société israélienne Mehadrin qui réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 300 millions de dollars est déjà partie prenante depuis avril dernier, dans ce domaine au Maroc. Mehadrin  avec plus de 5 000 hectares d’exploitations agricoles, est le plus grand producteur et exportateur d’agrumes et d’autres fruits et légumes d’Israël. L’entreprise, avec plus de 70% des produits exportés dans le monde vers tous les continents et principalement à destination des Etats-Unis, du Canada, de l’UE et du Japon. L’entreprise a noué une joint-venture pour cultiver des avocats au Maroc, une production qui sera principalement exportée vers l’Europe. Le démarrage effectif de l’opération de plantation des avocatiers est prévu en mars 2022. Il faudra par la suite, deux à trois ans pour commencer la récolte et cinq ans pour que tous les avocatiers parviennent à leur pleine récolte où la capacité de production maximale devrait s’établir à 10 000 tonnes d’avocats par an.

Mais notre avocat n’attire pas qu’Israël, l’Espagne y fourre son nez également à travers une logique de pratiques commerciales que d’aucuns considèrent comme déloyales. En effet des entrepreneurs véreux achètent le fruit au Maroc touchent à la traçabilité en changeant le nom du pays, l’emballent et exportent le produit en tant qu’espagnol vers des pays de l’UE ou de la Grande-Bretagne. Cinq variétés d’avocats existent, l’Ettinger (automne), le Fuerte de haute qualité à  taille moyenne, Pinkerton plus grand, long et facile à peler, le Hass le plus populaire de tous, qui se conserve plus longtemps et qui est le plus cultivé au Maroc et enfin le Roseau plus rond et dodu. D’ici 2030, les avocats deviendront le fruit tropical le plus commercialisé et la production devrait atteindre 12 millions de tonnes, dont 3,9 millions de tonnes seront exportées, dépassant les ananas et les mangues.

Agriculture : la production d’avocats au Maroc en progression constante Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page