Pluies bienfaitrices : elles sont là et ça purifie l’air et les esprits

Les premières pluies généralisées sur l’ensemble du Royaume ont été accueillies avec satisfaction. Bien que le retard des précipitations ait suscité quelques craintes chez les petits agriculteurs au niveau national, l’espoir d’un rattrapage demeure grand, après une semaine de pluviométrie à venir avec des pointes ce mardi et vendredi prochain.

L’expression « pluies bienfaitrices » se rapporte, plutôt, au monde rural qui à défaut d’irrigation ou d’arrosage n’a d’autre recours que le ciel pour se projeter vers une saison agricole des plus abondantes. Des pluies sont encore prévues les jours à venir dans plusieurs provinces du Royaume et elles devraient se poursuivre au moins jusqu’à vendredi prochain, nous dit la Direction générale de la météorologie (DMN). Cette dernière s’attend, aujourd’hui, mardi, à ce que les conditions météorologiques soient caractérisées en général, par un temps relativement froid, avec des gelées locales en haute altitude sur les chaînes de l’Atlas, du Rif, au sud-est et dans le sud de la région orientale.

Houcine Youaabed, le chef du département de la communication de la météorologie nationale, a confié à Hespress que, « la situation météorologique générale a connu des pluies depuis la fin de la semaine dernière en raison du déplacement de l’anticyclone assyrien vers le nord après qu’il ait empêché les pluies vers nos régions », notant que « les précipitations continueront jusqu’à vendredi prochain ». Le responsable a souligné que « ces pluies incluront les régions du nord de Tanger à Safi (plaines atlantiques), les régions intérieures du Saiss, les hauts plateaux des phosphates et d’Oulmés et que l’on enregistrera des chutes de neige sur les hauteurs du Moyen et du Haut Atlas ». Youaabed a encore précisé que « les pluies se poursuivront demain, mercredi, notamment sur le Moyen Atlas, mais qu’elles devraient épargner les régions du sud ». Une nouvelle perturbation atteindra le Royaume à partir de vendredi, notamment dans les régions du nord », nous dira le responsable départemental de la DMN expliquant que « les pluies que connait le Royaume ces jours-ci sont faibles à modérées ».

Qu’à cela ne tienne ! Ces précipitations enregistrées dans certaines régions du Royaume ce mercredi matin ont donc ravivé les espoirs quant à des résultats identiques à la bonne saison agricole de l’an dernier. L’espoir demeure donc pour toutes les composantes agricoles petites et grandes entreprises, coopératives, etc. dans les régions du Gharb et de la Chaouia, et est encore plus vif plus particulièrement au niveau du « petit agriculteur », et des domaines agricoles de moindres envergures. Aussi reste-t-on dans l’attente de pluies dans les trois prochains mois qui devraient avoir un impact positif sur les cultures d’automne ainsi que la nappe phréatique. Cela permettrait de répondre aux besoins de la consommation locale en quelque sorte, ainsi qu’à ceux du bétail pour ce qui est du fourrage (poussée d’herbe) et constituer un semblant d’épargne quant aux coûts des aliments pour animaux pour le petit agriculteur. On pourrait en dire autant pour ceux qui ont souffert des difficultés de gestion de leur produit uniquement en interne, après l’arrêt du processus d’exportation surtout dans des régions spécifiquement nourricières et exportatrices.

On ne cessera jamais de le répéter, l’eau est source de vie. La pluie est le meilleur des engrais pour les plantes en les arrosant et en les nourrissant. Elle participe ainsi à leur développement. Les pluies, bien plus que l’irrigation, l’arrosage, permettent à la terre de s’hydrater pour subvenir aux cultures à venir. Les précipitations qui ravivent les espoirs de nombre de Marocains ne sont pas que la bouée de sauvetage de l’agriculture, mais elles sont attendues pour plusieurs autres raisons par nos concitoyens. D’abord en ces temps où Dame Covid sévit c’est un air purifié que l’on respirera, car la pluie est chargée d’ions négatifs et donc, est bénéfique pour l’organisme, car les atomes ont un rôle important dans le renouvellement de l’air. Ce dernier par temps de pluie en devient plus pur que jamais ! Ces ions négatifs jouent également un rôle essentiel quant à la réduction des maladies respiratoires comme de l’asthme, aussi, il serait dommage de se priver d’un grand bol d’air frais par temps de pluies !

Pluies bienfaitrices : elles sont là et ça purifie l’air et les esprits Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page