La protection des données à caractère personnel clé de voûte du développement technologique en Afrique

La protection des données à caractère personnel constitue la clé de voûte du développement technologique en Afrique, a affirmé mardi à Rabat, le président de la Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP), Omar Seghrouchni.

Intervenant lors d’une conférence de presse, tenue en préparation à la 10-ème édition des assises de la transformation digitale en Afrique (ATDA), prévue les 25 et 26 novembres à Benguerir, Omar Seghrouchni a relevé que l’essor du développement technologique et de la transformation digitale en Afrique nécessite la préservation des données des citoyens et la protection de leurs droits au sein de l’écosystème numérique.

La digitalisation est depuis plusieurs années, en particulier depuis la propagation de la pandémie de Covid-19, un enjeu stratégique en Afrique et dans le monde, a-t-il fait savoir, notant que la protection des données à caractère personnel constitue, aujourd’hui, la clé de voûte de toute politique de transformation numérique.

« L’instauration de la confiance est une condition sine qua non pour le déploiement de l’innovation et du développement du digital », a-t-il assuré, mettant en avant l’importance de développer un arsenal législatif et juridique à même de garantir la préservation des données personnelles des citoyens africains.

Par ailleurs, Omar Seghrouchni s’est félicité de la tenue de de la 10-ème édition des ATDA sur le continent africain, relevant que cette initiative stimulera le débat autour des mutations technologiques dans le monde et en Afrique, des nouvelles technologies de l’information et de la communication ou encore du développement des infrastructures numériques.

En outre, le président de la CNDP n’a pas manqué de mettre en avant les programmes développés par la commission, intitulés DATA-TIKA dans le but de protéger le citoyen au sein de l’écosystème numérique.

Ces programmes, explique-t-il, se déclinent en trois formules destinés aux secteurs privé et public et à la société civile, à savoir DATA-TIKA Entreprises, DATA-TIKA Institutions publiques et DATA-TIKA Associations & ONG.

Pour sa part, le journaliste sénégalais, fondateur et directeur général de Cio Mag, Mohamadou Diallo, a indiqué que les ATDA constituent depuis presque une décennie, une occasion idoine de débattre de questions fondamentales liées à la souveraineté des données et aux enjeux réels relatifs à la confiance numérique en Afrique.

Mohamadou Diallo a mis en exergue le leadership marocain en matière de transformation digitale, relevant que « le Royaume constitue un hub africain dans plusieurs domaines d’activité ».

S’agissant de la diplomatie numérique, le fondateur de Cio Mag a affirmé que « le Maroc occupe une place importante dans le concert des nations en Afrique », se félicitant des avancées notoires du continent en matière d’innovation et d’investissement.

La 10ème édition des ATDA se tiendra les 25 et 26 novembre à l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) à Benguerir, à l’initiative du magazine panafricain dédié au secteur du digital en Afrique, CIO Mag, et de la CNDP.

Cette manifestation, qui sera organisée sous le thème « déployer une infrastructure résiliente, souveraine et durable pour encourager l’innovation africaine », connaîtra la participation de plusieurs ministres, personnalités et experts africains et internationaux.

Plusieurs décideurs africains enrichiront le débat autour de la confiance numérique en Afrique et des stratégies nationales numériques.

La protection des données à caractère personnel clé de voûte du développement technologique en Afrique Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page