Le dernier moine de Tibhirine le frère Jean-Pierre Schumacher s’est éteint à Midelt

Le frère Jean-Pierre Schumacher, dernier survivant de la communauté de Tibhirine dont sept frères furent enlevés et tués en 1996, s’est éteint ce dimanche 21 novembre 2021 au Maroc dans un monastère à Midelt à l’âge de 97 ans, où il continuait à faire vivre l’esprit de sa communauté d’origine.

« Il (Jean-Pierre Schumacher) est décédé ce matin dans la sérénité au monastère Notre-Dame de l’Atlas, à Midelt. C’est un homme simple et fraternel qui savait que sa mission était de témoigner de ce qu’il a vécu à Tibhirine », a déclaré à l’AFP le père Daniel Nourissat, vicaire de la Cathédrale Saint-Pierre de Rabat.

Dans la nuit du 26 au 27 mars 1996, il avait eu la chance d’échapper, avec le frère Amédée Noto, à l’enlèvement tragique des moines de Tibhirine. Il demeurait jusqu’à sa mort et depuis le décès du frère Amédée en 2008, le dernier survivant de la communauté trappiste de Tibhirine. Cette discrète communauté, rayonnante et bien intégrée dans la population locale, s’est alors trouve décimée par l’enlèvement de sept moines. L’annonce de leur exécution par un communiqué attribué au Groupe Islamique Armé (GIA), le 21 mai suivant, reste entourée de zones d’ombre. Les circonstances de ce massacre n’ont toujours pas été élucidées. Seules leurs têtes décapitées avaient été retrouvées sur une route, deux mois après l’enlèvement.

La thèse officielle avancée à l’époque par Alger : enlèvement puis un assassinat, soi-disant revendiqué par des mutins  islamistes du Groupe islamique armé (GIA) en pleine guerre civile. mais l’implication des services secrets militaires algériens ne fait aucun doute. Quatre ans après ce drame, les frères Amédée et Jean-Pierre de la communauté de moines trappistes qui parvinrent à échapper à la rafle, ont ensuite fait vivre l’esprit de Tihbirine et de l’Ordre cistercien dans l’Atlas marocain à Midelt, au Maroc, recevant de nombreux pèlerins attachés au dialogue interreligieux et au témoignage de l’espérance chrétienne.

Le frère Jean Pierre s’engage dans la vie religieuse après la seconde guerre mondiale. Ordonné prêtre en 1953, il rejoint quelques années plus tard le monastère de Timadeuc en Bretagne. Face aux difficultés vécues par la communauté des moines trappistes de Tibhirine dans une Algérie alors indépendante depuis deux ans, il y est envoyé en 1964. Il y demeurera plus de 30 ans, apportant le témoignage de l’Évangile dans une terre majoritairement musulmane, qui sera déchirée par la guerre des années 1990, le drame de 1996 et la poursuite du témoignage. Les sept moines exécutés en 1996 ont été béatifiés à Oran en 2018 ensemble avec 12 autres religieux martyrs de la guerre civile algérienne. Le frère Jean-Pierre, alors âgé de 94 ans, avait pu assister à la cérémonie. Le 31 mars 2019, le Pape François l’avait embrassé avec une grande émotion lors de sa visite au Maroc.

Le dernier moine de Tibhirine le frère Jean-Pierre Schumacher s’est éteint à Midelt Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page