L’âge de la retraite du régime collectif devrait être porté à 63 ans

Le projet prévoyant le relèvement de l’âge de départ à la retraite à 63 ans pour le Régime Collectif d’Allocation des Retraites (RCAR), est toujours sur la table du gouvernement.

Ajourné en juillet par l’équipe El Otmani sans autre forme d’explication, il ne devrait pas tarder à voir le jour. En effet, le gouvernement d’Aziz Akhannouch entend poursuivre la réforme paramétrique du régime RCAR, comme cela a été le cas pour celui de la Caisse Marocaine des Retraites (CMR).

Un document élaboré par le ministère de l’Économie et des Finances, comprenant des réponses aux observations et interrogations formulées par les Conseillers lors de la discussion du projet de loi de finances devant la Commission des finances, de la planification et du développement économique à la 2è chambre, souligne que cette année a été marquée par le démarrage de la réforme paramétrique du régime des retraites, pour permettre, dans une première étape, d’améliorer sa soutenabilité, dans le but de lui permettre de faire face à ses futures obligations financières et d’absorber une partie de l’importante dette du secteur public .

Cette première phase, ajoute le document, sera suivi par celle du relèvement progressif de l’âge de départ à la retraite des salariés concernés par le RCAR, pour l’aligner sur le système actuellement en vigueur concernant les retraites civiles, soit 63 ans.

Pour le MEF, cette mesure, contenue dans les recommandations de la Cour suprême des comptes dans son rapport 2017, permettra une plus grande harmonisation des modes de fonctionnement des régimes publics de retraite, ce qui ouvrira la voie à la transition vers un pôle public.

A noter que le report de juillet avait été a résultante de la pression des centrales syndicales qui s’étaient élevées contre le projet de réforme tel que proposé.

Le gouvernement sortant avait, en effet, convenu les centrales syndicales d’inscrire le dossier des retraites dans le dialogue social, conformément à l’accord tripartite signé le 25 avril 2019.

A son adoption, cette réforme concernera plus d’un demi-million de Marocains affiliés au RCAR.
Dans ce même registre, le directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), Hassan Boubrik a affirmé que le régime de la Caisse des salariés du secteur privé, nécessite une réforme «paramétrique», en vue d’assurer un meilleur équilibre technique.

Le régime des pensions civiles ne produit plus de déficit grâce notamment à la reforme paramétrique de 2016 qui a augmenté l’âge de retraite de 60 à 63 ans, baissé le taux d’annuité de 2,5% à 2% et augmenté la cotisation de 20% à 28 %, soit des décisions «lourdes» mais qui ont permis d’«arrêter l’hémorragie », a-t-il dit.

Boubrik, qui intervenait dans le cadre de la 14ème édition du Colloque international sur les finances publiques (CIFP), a fait noter que pour ce qui est du financement de la retraite et de la protection sociale, «il n’y a pas d’autre miracle que celui d’allonger la période d’activité forte et retarder l’âge de la retraite».

L’âge de la retraite du régime collectif devrait être porté à 63 ans Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page