Omar Hilale dévoile la réelle identité de Sultana Khaya

Répondant à une nouvelle campagne médiatique orchestrée par l’Algérie et ses milices du polisario au sujet de Sultana Khaya, l’ambassadeur du Maroc, représentant permanent auprès de l’ONU, Omar Hilale, a présenté la réelle identité de cette femme, agent  formé à prendre les armes.

Dans son offensive à visée colonialiste contre le Maroc, l’Algérie use de tous les stratagèmes possibles, allant même jusqu’à créer de fausses militantes sahraouies. Sultana Khaya, qui réside au Maroc et qui a pour habitude de parcourir le monde, invitée à des congrès et des événements tous frais payés pour répandre la propagande séparatiste, a pour fond de commerce son corps, qu’elle n’hésite pas à mutiler pour prétendre des agressions.

Après les récentes déconvenues devant l’ONU du régime algérien qui finance le mouvement séparatiste du polisario notamment en s’attribuant les services de Sultana Khaya pour s’attirer la compassion des défenseurs des droits de l’Homme, la pseudo-activiste a fait une nouvelle sortie médiatique pour se présenter en victime de violences et de viol, quelques jours après la révélation de l’affaire de Brahim Ghali, le chef du polisario, entré illégalement en Espagne pour soins liés au Covid.

Son affaire qui a créé une crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne découle du fait que Madrid, sur demande de l’Algérie, a organisé l’entrée illégale de Brahim Ghali, poursuivi pour de nombreuses affaires depuis 2008, avec entre autres une plainte pour viol de la part d’une jeune femme sahraouie née dans les camps de Tindouf, et des plaintes de plus 100 victimes sahraouies et espagnoles pour génocide.

« S’agissant particulièrement de la dénommée Saultana Khaya, il convient de s’interroger depuis quand les militants des droits de l’Homme sont en treillis militaire, avec la Kalachnikov en bandoulière ? », s’est demandé Omar Hilale exposant des preuves en photo de cette femme qui se présente dans son argumentaire comme une victime civile sans défense.

Entrainée dans les camps de Tindouf, en Algérie, par les militaires et les milices du polisario, Sultana Khaya est une adepte de la violence et maitrise parfaitement l’utilisation des armes à feu, notamment les Kalachnikov.

Le diplomate marocain qui a présenté les preuves de l’implication militaire de Sultana Khaya au Conseil de sécurité, a affirmé que « cette personne n’est nullement une militante pacifique des droits de l’Homme, mais une activiste du groupe séparatiste armé polisario ».

Sultana Khaya a « participé à plusieurs cours et exercices militaires dans les camps de Tindouf, en Algérie », a-t-il ajouté en indiquant que cette dernière a « appelé et continue d’inciter à la violence armée contre les civils au Sahara marocain ».

La prétendue activiste qui réside au Maroc et dont la mission est de se poser en victime et d’organiser des manifestations violentes contre les forces de l’ordre et menaçant la sécurité de l’Etat et l’intégrité territoriale du Maroc dans ses provinces du sud, a été assignée à résidence.

Le diplomate marocain a en ce sens dénoncé les « allégations récurrentes fallacieuses sur la situation des droits de l’Homme au Sahara marocain, colportées par le groupe armé le polisario » et affirmé que ces « mensonges » ont été contredits par la résolution 2602, adoptée le 29 octobre 2021, qui dépeint une situation stable des droits de l’Homme dans le Sahara marocain.

« Le Conseil de Sécurité s’est, une nouvelle fois, félicité des mesures et initiatives prises par le Maroc pour renforcer la promotion et la protection des droits de l’Homme au Sahara marocain, du rôle joué par les Commissions régionales du Conseil national des droits de l’Homme du Maroc à Dakhla et à Laâyoune et de l’interaction du Maroc avec les mécanismes du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU », a rappelé Omar Hilale.

Omar Hilale dévoile la réelle identité de Sultana Khaya Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page